BFM Business

Mondial de l'Auto 2018 : l'I-Pace de Jaguar vient bousculer Tesla

l'I-Pace de Jaguar, voiture de l'année

l'I-Pace de Jaguar, voiture de l'année - FABRICE COFFRINI / AFP

Le SUV électrique I-Pace de Jaguar intrigue, intéresse, au point de connaître un vrai succès public au Mondial de l'Automobile 2018. Il est même désormais le modèle le plus testé du Centre d'Essais du salon.

Jaguar ne s'attendait peut-être pas à devenir aussi ... populaire au Mondial de l'Automobile. Il est vrai que l'I-Pace, SUV 100% électrique de la marque de luxe, était venu pour marquer les esprits. Mais il semble devenir quelques semaines après sa sortie commerciale une sorte de référence au sein du segment de plus en plus recherché des SUV électriques, où jusque-là seul Tesla régnait en maître avec son Model X.

«C'est désormais le modèle le plus testé au Centre d'Essais du Mondial» assure-t-on chez Jaguar. «De 100 à 110 essais par jour, on a un vrai engouement public autour de ce produit. Beaucoup de questions, de curiosité, mais aussi un vrai intérêt». Au point que les visiteurs semblent se détourner un peu des modèles thermiques, puisque l'I-Pace concentre à lui seul 50% des essais de la marque...

480 kilomètres d'autonomie vérifiés

Il est vrai qu'en un seul produit, dessiné Ian Callum (qui a oeuvré précédemment chez Ford et Aston Martin), Jaguar a voulu concentrer toutes les tendances porteuses du moment. Une silhouette de SUV à la fois fluide et typique de la marque, un intérieur luxueux et relativement spacieux, avec une plus-value électrique de premier ordre.

D'entrée de jeu, l'I-Pace fait partie de l'élite de l'automobile électrique en matière d'autonomie, à 480 kilomètres. Le tout récemment vérifié par le prestigieux magazine britannique Top Gear, qui l'a même testé dans des conditions tout à fait ordinaires d'usage, y compris en hors-piste et dans le lit d'une rivière ! Le tout avec succès.

Luxe et polyvalence

On est encore en-dessous des records de 900 ou 1000 kilomètres récemment établis sur les berlines modèles 3 et S de chez Tesla, ces dernières performances étant réalisées avec les derniers équipements en matière de batterie. L'autonomie des modèles les plus communs est plus proche des 500 ou 600 kilomètres, et reste la meilleure du marché.

Cela dit la performance de l'I-Pace commence à devenir intéressante pour la clientèle visée, prête à débourser de 80 à 90.000 euros pour un produit tout à la fois luxueux, tout-terrain, électrique, mais aussi utilisable au quotidien ou pour partir en week-end à la campagne... 

Coup de pouce fiscal...

«L'électrification n'est pas qu'une plus-value gadget, c'est une vraie demande de la clientèle», estime Steven De Ploey, directeur de Jaguar-Land Rover pour la France. «Depuis le lancement de nos hybrides et électriques, ça représente de 50 à 80% des ventes du groupe sur certains marchés» ajoute-t-il. 

«C'est vrai que Tesla a lancé un segment, et que le Gouvernement français, avec sa fiscalité et ses primes, nous a bien aidés!» ajoute Steven De Ploey. «Et même si un bonus de 1000 ou 2000 euros n'est pas décisif sur des véhicules aussi coûteux, ça aide tout de même à soutenir le marché». 

Marché naissant... mais concurrentiel

Le modèle n'ayant été lancé que très récemment, difficile pour le moment d'évaluer son impact commercial. Mais il est clair qu'il vient bousculer un segment où seul Tesla proposait jusque-là un produit, son Model X. D'une autonomie légèrement supérieure autour de 500km, il est sensiblement plus cher que l'I-Pace, allant de 100 à 160.000 euros, et n'est pas précisément destiné à faire du hors-piste... lancé il y a 3 ans, il a été fabriqué à un peu plus de 100.000 exemplaires.

L'I-Pace a donc de quoi se tailler une place de choix sur ce marché à forte croissance, avec la plus-value de la marque, et des atouts certains pour séduire une clientèle premium qui aura envie d'une alternative à Tesla, et d'un produit polyvalent. Mais à peine sorti, il va devoir affronter la concurrence prochaine de produits premium du même genre chez Audi (E-Tron) et BMW (iX3). La bataille pour la suprématie ne fait que commencer pour les prochaines années.