BFM Business

Martin Schulz: "il faut au moins 700 milliards d'euros pour la jeune génération"

Martin Schulz veut que les jeunes européens bénéficient "au moins" de 700 milliards d'euros d'aides, comme les banques

Martin Schulz veut que les jeunes européens bénéficient "au moins" de 700 milliards d'euros d'aides, comme les banques - -

Dans un entretien accordé à Reuters, lundi 11 mars, le président du Parlement européen a évoqué la "génération perdue" constituée de jeunes chômeurs. Pour lui, cette génération doit bénéficier d’une aide au moins égale à celle versée aux banques.

Martin Schulz, président (PSE) du Parlement européen, brandit à nouveau la peur de la "génération perdue", qu’il évoquait déjà lors d’un discours à Bruxelles, le 22 novembre dernier.

Dans une interview accordée à l’agence Reuters, ce lundi 11 mars, il a évoqué le manque de moyens mis sur la table pour cette génération et s’esy inquiété de son devenir.

"Nous avons sauvé les banques mais nous courons maintenant le risque de perdre une génération", a-t-il déclaré à Reuters."Si nous avons trouvé 700 milliards d'euros pour stabiliser le système bancaire, nous devons avoir au moins autant d'argent pour stabiliser la jeune génération dans ces pays", a-t-il continué.

"L'une des principales menaces pour l'UE, c'est que les gens perdent entièrement confiance dans sa capacité à résoudre leurs problèmes", a-t-il ajouté. "Et si la nouvelle génération perd confiance, alors je pense que l'Union Europénne (UE) est vraiment en danger".

59% des jeunes de moins de 25 ans au chômage en Grèce

Parmi les pays les plus touchés par le chômage des jeunes, c’est-à-dire les personnes actives de moins de 25 ans, figurent l’Espagne et la Grèce, où le taux de chômage dépasse allègrement les 50% (59% pour la Grèce et 55,5% pour l’Espagne, selon Eurostat), ainsi que l’Italie avec 38,7%.

A ce sujet, Martin Schulz, qui n’a pas fait d’études supérieures, a souligné que: "la Grèce, l'Espagne et l'Italie ont peut-être les générations les mieux éduquées de leur histoire, leurs parents ont investi beaucoup d'argent pour l'éducation de leurs enfants, ils ont tout fait au mieux".

"Et maintenant qu'ils sont prêts à travailler, la société leur dit "il n'y pas de place pour vous'', a-t-il poursuivi.

Lors du dernier sommet européen, les dirigeants des 27 pays de l’Union européenne se sont mis d’accord pour débloquer un crédit spécial pour l’emploi des jeunes de 6 milliards d’euros, dans le cadre du budget européen pluriannuel 2014-2020.

J.M. avec Reuters