BFM Business

Macron-Merkel : le moteur franco-allemand en panne ?

Emmanuel Macron et Angela Merkel le 27 octobre dernier lors du sommet quadripartite sur la Syrie.

Emmanuel Macron et Angela Merkel le 27 octobre dernier lors du sommet quadripartite sur la Syrie. - OZAN KOSE / AFP

Angela Merkel et Emmanuel Macron se retrouvent ce samedi à Rethondes pour commémorer l'armistice du 11 novembre 1918. Une image forte en perspective, mais qui ne cache pas les tensions qui demeurent au sein du couple franco-allemand.

L'image supplantera peut-être celle de la main de François Mitterrand dans celle du chancelier Helmut Kohl à Verdun en 1984. Jamais un président français et un chancelier allemand ne s'étaient rendus, ensemble, à Rethondes, le lieu qui symbolise la défaite de l'Allemagne en 1918, mais aussi celle de la France en 1940. Emmanuel Macron dit vouloir tirer les leçons de l'histoire et préserver la paix en Europe, mais pour ce faire, le couple franco-allemand est essentiel à ses yeux.

Angela Merkel affaiblie

Or, depuis la victoire en demi-teinte d'Angela Merkel l'an dernier, puis l’annonce de son départ de la présidence de la CDU début décembre, et enfin celle de sa retraite politique à la fin de son mandat, la chancelière, affaiblie, n'a guère fait avancer la construction européenne et n’a répondu que très timidement aux propositions du chef de l’Etat. Certes, l'accord franco-allemand conclu en juin à Meseberg a repris une partie des propositions françaises, notamment sur la convergence fiscale, le budget commun de la zone euro ou encore la taxation des géants du numérique, mais depuis, Berlin semble avoir reculé, notamment sur ce dernier point.

Taxation des Gafa : Berlin hésite

La réunion des grands argentiers européens la semaine dernière a confirmé les divergences entre Etats membres sur ce dossier ainsi que les hésitations croissantes de l'Allemagne. Fervent partisan de l'adoption d'une telle taxe à l'échelle européenne, le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a mis les pieds dans le plat ce vendredi au French German Business Forum 2018 : « On ne peut pas imaginer une seconde que l'Allemagne ne tienne pas ses engagements et ne décide pas l'adoption de la directive en décembre, ça serait une rupture de confiance entre la France et l'Allemagne ».

Les ministres européens des Finances se réunissent en effet le 4 décembre et Bruno Le Maire espère parvenir à un accord à cette occasion. « Il est temps que l'Allemagne réponde aux propositions d'Emmanuel Macron, il est temps que l’Allemagne décide pour ce qui concerne l'avenir de l'Europe » a conclu Bruno Le Maire. 

Lors de sa rencontre de ce samedi à Rethondes et de sa visite à Berlin dimanche 18 novembre, Emmanuel Macron va donc tenter de remettre de l'huile dans un moteur franco-allemand, qui semble aujourd'hui au point mort.