BFM Business

Lutte contre le blanchiment d'argent: la Suisse a fait d'importants progrès

La Suisse a fait des progrès notables sur le blanchiment d'argent (image d'illustration)

La Suisse a fait des progrès notables sur le blanchiment d'argent (image d'illustration) - Images of Money - Flickr - CC

Un organisme intergouvernemental souligne dans un rapport publié ce mercredi 7 décembre les efforts entrepris par le pays et considère que ses résultats sont "bons dans l'ensemble".

Pour une fois la Suisse obtient un satisfecit plutôt que des remontrances. Le Groupe d'action financière (GAFI), organisme intergouvernemental chargé de lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, a ainsi bien noté le pays helvétique dans un rapport publié mercredi.

Selon le ministère suisse des Finances, la Suisse a obtenu "un bon résultat d'ensemble, supérieur à la moyenne des pays déjà évalués". Le dernier rapport d'évaluation complet sur la Suisse datait de 2005.

Ce nouveau rapport, qui compte près de 270 pages, "reflète les progrès réalisés par la Suisse depuis lors", grâce notamment à "une volonté politique claire de promouvoir l'intégrité de la place financière suisse". Les experts du GAFI ont notamment examiné le dispositif légal de la Suisse et l'efficacité des mesures de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, sur la base des 40 recommandations du GAFI, révisées en 2012.

De "bons" résultats

Concernant le dispositif légal, la Suisse est jugée "conforme ou largement conforme" pour 31 recommandations sur 40.

Sur le deuxième volet, concernant les mesures anti-blanchiment et anti-financement du terrorisme, la Suisse a obtenu de bons résultats dans "7 des 11 domaines thématiques évalués".

Dans l'ensemble, indique le ministère des Finances, "les résultats obtenus par la Suisse peuvent être considérés comme bons, aussi en comparaison avec les autres pays déjà évalués".

Le GAFI relève cependant quelques lacunes du côté du contrôle des clients de longue date des banques suisses, qui "sont devenus à risque". Les banques ne contrôlent pas suffisamment ces clients, et n'arrivent pas en conséquence à détecter leurs transactions inhabituelles ou suspectes, regrette le GAFI.

50 recommandations

La place financière suisse est "un centre financier majeur au niveau mondial", rappelle le GAFI Et la moitié des milliards gérés en Suisse appartient à des clients étrangers.

Le GAFI a soumis environ 50 recommandations "de portée variable" à la Suisse, qui vont être examinées par le ministère des Finances.

Le GAFI est un organisme intergouvernemental créé en 1989. Il compte 37 membres, dont la Suisse qui est l'un des membres fondateurs.

Depuis 2014, plus d'une vingtaine de pays ont fait l'objet d'une évaluation pour le GAFI sur la base des recommandations révisées de 2012.

J.M. avec AFP