BFM Business

Les vérités de Warren Buffett

Warren Buffett devant la presse à l'occasion de l'AG de son groupe

Warren Buffett devant la presse à l'occasion de l'AG de son groupe - AFP

Amazon, les femmes, et sa succession, au menu de l'assemblée générale de Berkshire Hathaway

Warren Buffett « ne change pas de stratégie » et son rapprochement avec Amazon n’a pas d’autre signification que celle de saluer un entrepreneur hors-norme et de profiter d’une croissance importante à venir. Voilà, en substance le message délivré par la troisième fortune mondiale Warren Buffett et son partenaire historique Charlie Munger, gérants fondateurs du fond Berkshire Hathaway, face à un assaut de questions sur la stratégie vis-à-vis des entreprises technologiques après le dévoilement d'une participation dans Amazon : « Jeff Bezos a fait quasiment un miracle en transformant le libraire en ligne en géant mondial du commerce en ligne » ont indiqué les deux complices, Charlie Munger reconnaissant qu’il se sentait « honteux » de ne pas avoir investi dans Google à l'époque de son introduction en bourse, « nous avons merdé », a-t-il déclaré, sans dire si Berkshire Hathaway comptait se rattraper en investissant maintenant dans le géant de l'internet.

Berkshire Hathaway a annoncé samedi avoir dégagé un bénéfice net de 21,66 milliards de dollars. Ce gros profit ne prend pas en compte les pertes anticipées de sa participation dans les Ketchup Heinz, dont la maison mère, Kraft Heinz, a déprécié récemment de nombreux actifs évalués en milliards de dollars. Hormis les participations dans des entreprises comme American Express, Apple, JPMorgan Chase ou Goldman Sachs, Berkshire Hathaway est présente dans l'assurance (Geico), le ferroviaire (BNSF) et l'énergie (PacifiCorp).

Woodstock des actionnaires

Comme tous les ans, Warren Buffett a ouvert l'assemblée générale par un bain de foule dans les allées du centre d'expositions où se tenait cette grand-messe à laquelle assistaient grands patrons, investisseurs et millionnaires venus du monde entier. Cette année, de nombreuses délégations chinoises ont fait le déplacement. Pour l'approcher, les 20.000 personnes ayant réussi à obtenir le sésame donnant accès au site ont dû faire la queue à partir de 5H00 du matin. L'assemblée générale de Berkshire Hathaway s'est transformée au fil des années en Woodstock des capitalistes, selon l'expression favorite des festivaliers, drainant le Who's Who des milieux d'affaires américains. Outre les visages connus comme le milliardaire Bill Gates, ami et partenaire de bridge de M. Buffett, de nombreux dirigeants d'entreprise y viennent comme pour quêter l'assentiment d'un homme devenu gourou des affaires aux Etats-Unis et dont les propos gardent une forte influence sur les marchés. On estime qu'il donne, par sa seule présence, 10 à 15% de prime à la valeur des sociétés dans lesquelles il investit.

Durant cette assemblée, Warren Buffett a apporté son soutien à la bataille pour davantage de femmes dans les milieux financiers, avec une apparition surprise à une conférence, The Variant Perspective, organisée par un collectif de professionnelles de la finance, pour réduire le déséquilibre hommes-femmes dans la sphère financière. Interrogé sur la nécessité d'organiser une telle conférence, M. Buffett a déclaré: « ça aurait dû être fait depuis longtemps », même s’il a tenu à ajouter : « quand quelqu'un me téléphone avec une idée d'investissement, je ne lui demande pas son genre (car) pour moi ça ne change rien »

Patience sur la succession

Enfin, âgés respectivement de 88 et 95 ans, Warren Buffett et Charlie Munger n’ont pas vraiment donné d’indications sur leur succession, entre Gregory Abel, 57 ans, et Ajit Jain, 67 ans, tous deux promus en janvier 2018 membres du conseil d'administration : « on ne peut avoir meilleurs managers des opérations que Greg et Ajit. Ce qu'ils ont accompli est remarquable » a simplement indiqué Warren Buffett, « nous avons une manière non-bureaucratique de prendre des décisions (...) donc malheureusement il va encore falloir patienter", précisait de son côté Charlie Munger