BFM Business

Les Mexicains qui vivent aux États-Unis rapatrient en masse leur argent

Donald Trump avait menacé de taxer voire de bloquer les envois de fonds.

Donald Trump avait menacé de taxer voire de bloquer les envois de fonds. - MANDEL NGAN / AFP

Les envois de fonds des États-Unis vers le Mexique augmentent fortement depuis la victoire de Trump. Les immigrés mexicains redoutent d'être mis à contribution pour financer le mur entre les deux pays.

Les Mexicains installés aux États-Unis seraient-ils gagnés par la panique? Depuis plusieurs mois, les envois de fonds vers leur pays d’origine atteignent des niveaux records. En janvier, ces flux monétaires ont progressé de 6,3%, d’après la Banque centrale du Mexique. Plus de 2 milliards de dollars ont ainsi transité du nord vers le sud.

Plus largement, les transferts d’argent vers le Mexique ont augmenté de 8,8% en 2016 (contre 4,8% en 2015), atteignant un montant de 27 milliards de dollars dont une large partie provient des États-Unis. Aujourd’hui, ils constituent l’une des principales ressources du pays, au même titre que le tourisme et le pétrole.

Anticiper l'action de Trump

L’élection de Donald Trump n’est pas étrangère à cette soudaine accélération des envois de fonds. Pendant sa campagne, celui qui sera finalement élu président des États-Unis avait menacé de taxer ces flux pour financer la construction du mur qu’il souhaite ériger à la frontière entre les deux pays mais que le Mexique a toujours refusé de payer. Il avait notamment appelé à un contrôle renforcé des transferts opérés via Western Union.

Pire, l’ancien magnat de l’immobilier s’était dit prêt à bloquer -via le Patriot Act sur la lutte contre le terrorisme- l’intégralité des envois de fonds si le gouvernement mexicain continuait à se refuser à payer en partie pour son mur: "La décision est facile pour le Mexique: verser une fois 5 à 10 milliards de dollars pour s’assurer que 24 milliards de dollars continuent à entrer dans le pays année après année", expliquait l'administration Trump.

Profiter du taux de change

Selon le Washington Post, cette décision pourrait avoir "des conséquences dévastatrices […] pour les familles pauvres qui comptent sur ces fonds provenant de l’étranger pour se nourrir et se loger". De quoi inciter les expatriés mexicains à anticiper les éventuelles restrictions à venir en envoyant le plus rapidement possible leur argent vers leur pays d’origine.

Les Mexicains tentent également de profiter de la hausse du dollar vis à vis du peso, tendance accélérée par l’élection de Donald Trump. D’après un rapport de la banque espagnole BBVA cité par Les Échos, "l’appréciation du dollar par rapport au peso durant le mois de novembre a pour conséquence que les ressources arrivant au Mexique ont une valeur supérieure une fois converties en pesos, ce qui encourage les migrants mexicains de ce pays à envoyer des sommes d’argent plus importantes".

Paul Louis