BFM Business

Les inscriptions au chômage poursuivent leur décrue aux Etats-Unis mais plus lentement que prévu

-

- - Pixabay

Les nouvelles demandes hebdomadaires d'allocations se sont élevées à 1,5 million la semaine dernière.

Le nombre de nouvelles demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis continue sa lente décrue face à la pandémie. Elles se sont élevées à 1,508 million la semaine dernière (8 au 13 juin) contre 1,566 million la semaine dernière, chiffre révisé à la hausse.

C'est néanmoins un nombre supérieur aux attentes des analystes qui tablaient sur 1,35 million de nouvelles demandes. Les entreprises continuent de licencier malgré la réouverture de l'économie et en dépit du programme de sauvegarde de l'emploi dont la seconde phase semble rencontrer un succès mitigé.

Pour autant, le repli observé depuis plusieurs semaines se poursuit. Il y a 15 jours, 1,897 million d'Américains avaient pointé au chômage.

Taux de chômage à 13% en mai

La moyenne mobile sur quatre semaines a reculé pour s'établir à 1.773.500 contre 2.008.000 (révisé) la semaine précédente.

Le nombre de nouveaux inscrits au chômage "est un rappel clair que le choc provoqué par la pandémie de Covid-19 n'est pas terminé", a résumé Ian Shepherdson, chef économiste chez Pantheon Macroeconomics.

Et le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités n'a que très légèrement diminué, à 20,544 millions lors de la semaine au 6 juin (dernière semaine pour laquelle ces chiffres sont disponibles) contre 20,606 millions la semaine précédente.

Rappelons qu'au mois de mai, le pays annonce avoir créé 2,509 millions de postes après 20,687 millions de suppressions de postes en avril, un chiffre sans précédent.

Ce rebond inattendu avait permis au taux de chômage de se replier à 13,3% contre 14,7% un mois plus tôt, son plus haut niveau depuis 1948. Il était encore à 3,5% en février, son niveau le plus faible depuis 50 ans. Attention néanmoins, ces chiffres sont encore à prendre avec des pincettes.

>>A lire: Consommation, production... Une reprise en V s'amorce-t-elle aux Etats-Unis?

Olivier Chicheportiche avec AFP