BFM Business

Les Etats-Unis négocieront au sein de l'OCDE si la France abandonne d'abord sa taxe GAFA 

La taxe devrait s'appliquer à une trentaine de groupes comme Meetic, Amazon, Airbnb, Instagram ou encore la française Criteo.

La taxe devrait s'appliquer à une trentaine de groupes comme Meetic, Amazon, Airbnb, Instagram ou encore la française Criteo. - Damien Meyer - AFP

Après avoir menacé de faire marche arrière et d'appliquer des nouvelles taxes au produits français importés, Washington réitère sa volonté de négocier mais seulement si les taxes nationales sont abandonnées.

Les Etats-Unis continuent à souffler le chaud et le froid dans le dossier de la taxe GAFA mise en place par le gouvernement français en juillet dernier. Ce mardi, Donald Trump promettait de ne pas laisser la France taxer les entreprises américaines en brandissant à nouveau la menace de sanctions commerciales.

Les Etats-Unis ont menacé de surtaxer jusqu'à 100% l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français, dont le champagne et le fromage, une perspective jugée "inacceptable" par la France.

Autant de de déclarations et d'intentions qui faisaient clairement penser à un retrait des Etats-Unis des négociations globales dans le cadre de l'OCDE dont l'objet est justement de fixer une législation globale d'imposition des géants du numérique qui remplacerait de fait la taxe française.

Mais ce mercredi, changement de ton. Washington a finalement réitéré sa volonté de négocier, selon une lettre du secrétaire américain au Trésor envoyée à l'OCDE, en forme de démenti sur un possible retrait américain.

"Nous pensons qu'il est très important que ces discussions aboutissent à un accord"

"Les Etats-Unis soutiennent les discussions à l'OCDE pour s'attaquer aux problèmes d'un système de taxation international", écrit Steven Mnuchin à José Angel Gurria, secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dans ce document daté du 3 décembre dont l'AFP a eu une copie mercredi. 

"Nous pensons qu'il est très important que ces discussions aboutissent à un accord afin d'éviter la prolifération de mesures unilatérales", ajoute M. Mnuchin.

Depuis des mois, Paris répète que cette solution a vocation à n'être que temporaire dans l'attente d'un aboutissement de négociations internationales. 

Mais les Etats-Unis posent une condition: que les différents partenaires commerciaux des Etats-Unis renoncent à leurs projets de taxation avant de reprendre les discussions. La France est visée mais aussi l'Autriche, l'Italie et la Turquie, mais pas le Canada et la Grande-Bretagne.

Le président français Emmanuel Macron et le président américain Donald Trump avaient promis d'aplanir leur différend lors du dernier G7, en donnant à l'OCDE le mandat de négocier un vaste accord international sur la question épineuse de la fiscalité du numérique.

OC avec AFP