BFM Business

Les baisses d’impôts de Trump profiteraient aux plus riches

Donald Trump a promis une baisse d'impôts massive en cas d'élection.

Donald Trump a promis une baisse d'impôts massive en cas d'élection. - Jason Connolly - AFP

Selon une étude indépendante, le programme fiscal du candidat républicain à la Maison Blanche bénéficierait en priorité aux plus riches, tandis que celui d’Hillary Clinton freinerait l’investissement.

Les baisses d'impôt généralisées promises par le républicain Donald Trump profiteraient principalement aux ménages les plus aisés, indique une étude indépendante, mardi 11 octobre.

Le programme fiscal du candidat républicain à la Maison Blanche aboutirait "à une baisse d'impôts à tous les niveaux de revenus même si les ménages au revenu le plus haut en seraient les plus grands bénéficiaires", écrit le Tax Policy Center (TPC). Le 1% des contribuables qui gagnent plus de 3,7 millions de dollars par an verraient ainsi leurs impôts fondre en moyenne de 1,1 million de dollars, dopant leur revenu net de 14%, assure le rapport.

Le taux maximal d'imposition passerait par ailleurs de 39,6 à 33%. Les 20% des ménages les plus pauvres verraient, eux, leurs impôts réduits de 110 dollars et bénéficieraient ainsi d'une très légère augmentation de leur revenu net (+0,8%), selon ce document qui fait écho aux accusations de Mme Clinton.

Explosion de la dette

La proposition du candidat républicain de faire baisser l'impôt fédéral sur les sociétés de 35 à 15% pourrait potentiellement "augmenter le montant de l'épargne et de l'investissement" aux États-Unis mais contribuera à creuser la dette du pays de 7.200 milliards de dollars d'ici à 2026, soit un bond de 36,5%, selon le TPC.

Dans un communiqué, l'équipe de campagne du candidat a dénoncé une "étude mensongère" fondée sur des données erronées et affirmé que les propositions du candidat républicain étaient "sans incidence" sur les recettes budgétaires américaines et favorisaient les classes moyennes.

Selon le Tax Policy Center, les propositions de la candidate démocrate permettront, elles, de réduire la dette de 1.600 milliards de dollars en dix ans en augmentant les impôts des plus riches, dont les revenus nets fondraient en moyenne de 7,4%, indique le centre de réflexion.

Les gains de revenus pour les autres catégories de la population seraient toutefois minimes, entre 0,1% et 0,6%. Selon le Tax Policy Center, le plan fiscal de la démocrate risque de décourager les plus riches d'"épargner et investir" et aboutirait à rendre le code des impôts "plus complexe".

Y.D. avec AFP