BFM Business

Le sort de la Grèce suspendu au rapport de la Troïka

-

- - -

Athènes réclame deux ans de délai pour améliorer sa situation financière. Mais cela sera-t-il suffisant ? État des lieux d’une situation inextricable depuis cinq ans.

La Grèce promet un retour à l’équilibre en 2016 au lieu de 2014. Mais l’objectif semble irréalisable tant le pays est en crise.

Quelles sont les mesures déjà prises par la Grèce ?

Athènes en est à son sixième plan d’austérité. Avec la baisse des salaires, les coupes massives dans l’administration, le gel des retraites, le niveau de vie des Grecs a baissé de 35%. Le gouvernement a eu beau réduire ses dépenses de plusieurs milliards d’euros, cela reste insuffisant pour l’Union européenne, le Fonds monétaire international et la Banque centrale européenne.

Que réclame cette Troïka ?

Les créanciers réclament encore à la Grèce une économie de 11 milliards et demi d'euros d’ici à 2014. Ils exigent également la réduction du déficit et de la dette publique. Et de voir leurs prêts remboursés. En effet, 173 milliards d’euros ont été injectés pour aider le pays.

Que peut encore faire la Grèce ?

Le gouvernement d’Antonis Samaras ne peut imposer plus d’austérité à sa population. Les comptes de l’Etat étant à sec, la Grèce risque une sortie de la zone euro si elle n’obtient pas une nouvelle aide.

La troïka doit présenter un nouveau rapport sur l’état du pays le mois prochain. Le versement d’une nouvelle tranche d'aide de 31,5 milliards d'euros sera alors décidé.