BFM Business

Le scandale Wells Fargo a disparu du site du ministère du Travail américain

Le scandale Wells Fargo a disparu du site du ministère du Travail américain.

Le scandale Wells Fargo a disparu du site du ministère du Travail américain. - FREDERIC J BROWN / AFP

Les éléments liés au scandale des comptes fictifs de Wells Fargo ont disparu du site internet après l'investiture de Donald Trump. La banque américaine est accusée d'avoir créé deux millions de faux comptes entre 2011 et 2016 pour permettre à ses employés de toucher des primes.

Une partie du site internet du ministère américain du Travail destinée à recueillir des éléments sur le scandale des comptes fictifs de Wells Fargo a disparu après l'investiture de Donald Trump, s'est émue une influente élue démocrate. La banque américaine est sous les feux des projecteurs depuis septembre pour avoir entre 2011 et 2016 créé deux millions de faux comptes qui avaient permis à ses employés de toucher des primes liées à la vente de produits aux clients.

Le département américain du Travail (DoL) avait dédié, sur son site, un espace pour collecter des plaintes d'employés de la banque qui avaient été sanctionnés pour avoir refusé de s'engager dans ces pratiques fraduleuses. Cette page n'était toutefois plus accessible depuis le 24 janvier, soit quatre jours après l'entrée en fonctions du président Trump, a affirmé la sénatrice Elizabeth Warren, poids lourd du parti démocrate et bête noire de Wall Street, faisant part de son "inquiétude".

Dans un courrier adressé au DoL et consulté vendredi par l'AFP, l'élue affirme que la disparition de cette page "permet à Wells Fargo d'échapper à sa responsabilité" et au ministère "d'esquiver ses obligations vis-à-vis des travailleurs américains". Elizabeth Warren somme le DoL de s'expliquer et affirme espérer que le ministère continuera son "important travail sous la présidence Trump pour s'assurer que les employés de Wells Fargo qui ont été (...) illégalement sanctionnés se voient offrir les solutions offertes par la loi fédérale sur le travail".

Une page retirée le 9 janvier selon le DoL

Contacté par l'AFP, un porte-parole du DoL a affirmé que cette page avait en réalité été retirée le 9 janvier, avant l'investiture de M. Trump, et que la nouvelle administration n'y était pour rien. "L'admnistration n'a donné aucune directive au département du Travail concernant Wells Fargo", a assuré Steve Baar, ajoutant ignorer les raisons pour lesquelles cette décision avait été prise.

Après la découverte de ces malversations, 5.300 employés avaient été licenciés et Wells Fargo a écopé d'une amende de 185 millions de dollars. La banque reste par ailleurs sous le coup d'une enquête du département de la Justice (DoJ) et du gendarme de la Bourse, dans cette affaire.

P.L avec AFP