BFM Business

Le PDG de JPMorgan sera le porte-parole des multinationales américaines face à Trump

Jamie Dimon était pressenti pour être le secrétaire au Trésor de Trump

Jamie Dimon était pressenti pour être le secrétaire au Trésor de Trump - Karen Bleier - Getty Images - AFP

Jamie Dimon a été désigné à la tête de l'organisation des grandes entreprises états-uniennes ce mercredi 7 décembre. Il devra porter leur voix face au président élu dont il était pressenti pour être le secrétaire au Trésor.

Les grandes entreprises américaines ont nommé mercredi Jamie Dimon, l'influent PDG de la banque JPMorgan Chase, à la tête de leur organisation au moment où le président élu Donald Trump multiplie les attaques contre les multinationales.

Jamie Dimon, 60 ans, a été désigné par les 192 grands patrons faisant partie du Business Roundtable pour prendre les commandes du lobby pendant une période de deux ans à compter de 2017.

Un des grands patrons américains les plus respectés

Il remplace Doug Oberhelman, le PDG du fabricant d'engins industriels Caterpillar, qui avait fait part mardi de l'inquiétude grandissante des milieux d'affaires sur une possible guerre commerciale avec la Chine si Donald Trump traduisait en mesures concrètes sa rhétorique incendiaire contre Pékin.

Jamie Dimon, qui s'était vu proposer le poste de secrétaire au Trésor par Donald Trump selon une source proche du dossier, est l'un des grands patrons américains les plus respectés de ses pairs.

Il lui revient de faire entendre la voix des grandes entreprises qui sont partagées entre optimisme et craintes depuis la victoire à la Maison Blanche de Donald Trump.

Être une "influence positive"

Les chefs d'entreprises saluent les baisses d'impôts promises par Donald Trump, via une réforme du code fiscal, et la nomination des personnalités du secteur privé dans son gouvernement. Mais ils s'interrogent sur son patriotisme économique affiché notamment après ses attaques frontales contre Ford et United Technologies, dont il a obtenu sous la pression qu'elles maintiennent des emplois aux Etats-Unis plutôt que de les délocaliser à l'étranger, notamment au Mexique.

"Avec un nouveau président et un nouveau Congrès, il y a une réelle opportunité pour le 'Business Roundtable' d'être une influence positive et de montrer que les entreprises peuvent jouer un rôle important pour (doper) la croissance", a déclaré Jamie Dimon.

Le banquier fait aussi partie du "forum stratégique", un organe consultatif composé de 16 grands patrons constitué par Donald Trump pour évaluer sa politique économique

J.M. avec AFP