BFM Business

Le G20 veut éviter la guerre des monnaies

Les ministres des Finances et banquiers centraux du G20, réunis à Ankara.

Les ministres des Finances et banquiers centraux du G20, réunis à Ankara. - Adem Altan - AFP

Les grands argentiers des 20 plus grandes puissances économiques ne se satisfont pas de l'état actuel de la croissance mondiale et promettent d'éviter les dévaluations compétitives, selon un projet de communiqué rendu public par l'AFP.

Le G20 ne se satisfait pas de la situation actuelle de l'économie mondiale et le fait savoir. C'est ce que montre le projet de communiqué commun des ministres des Finances et des banquiers centraux de l'organisation, texte dont l'AFP a obtenu une copie.

"Nous nous réjouissons du raffermissement de l'activité économique mais la croissance mondiale ne satisfait pas nos attentes", écrivent les grands argentiers des vingt principales économies de la planète dans ce texte qui doit encore être officiellement validé.

"Nous avons promis d'engager des actions décisives pour que la reprise économique reste en bonne voie", ajoutent-ils, se disant toutefois "confiants" de voir cette reprise "accélérer".

Les deux jours de discussions des pays membres du G20 dans la capitale turque se sont déroulés alors que l'inquiétude monte autour du ralentissement chinois et des accès de faiblesse de nombreux pays émergents.

Pas de dévaluations compétitives

Les ministres et gouverneurs de banque centrale se sont par ailleurs engagés à Ankara à éviter toute "dévaluation compétitive". "Nous nous abstiendrons de procéder à toute dévaluation compétitive et résisterons à toute forme de protectionnisme", indique le projet de communiqué, après la dévaluation brutale du yuan chinois mi-août qui avait pris de court les marchés.

En marge des réunions du G20, le secrétaire américain au Trésor Jack Lew a formellement mis en garde vendredi son homologue chinois Lou Jiwei à ce sujet. "Nous réitérons notre engagement à promouvoir un système de taux de changes davantage fondé sur les marchés et la flexibilité (...) ainsi que d'éviter les distorsions permanentes des taux de change", selon le projet de texte du G20.

La dévaluation du yuan ainsi que la glissade de plusieurs monnaies de pays émergents ont fait se multiplier récemment les commentaires sur une "guerre des monnaies" mondiale.

J.M. avec AFP