BFM Business

La Suisse menacée de récession

La Suisse pourrait voir son PIB reculer en 2015.

La Suisse pourrait voir son PIB reculer en 2015. - Curious Expedition - CC

L'institut de conjoncture KOF prévoit désormais un recul du PIB helvète en 2015, et une brève période de récession durant l'été. Explications.

L'économie suisse pourrait tomber en récession cette année à la suite de l'envolée du franc provoquée par la décision de la banque centrale d'abandonner son taux plancher face à l'euro, mais aussi en raison de la chute des cours du pétrole. C’est ce qu’affirme, ce 28 janvier, l'institut d'études économiques KOF, qui a réduit sa prévision de croissance pour 2015 à -0,5%, contre +1,9% précédemment annoncé en décembre. Il a également dit s'attendre à une croissance nulle en 2016 au lieu des +2,1% anticipés auparavant.

"Au vu des événements liés au franc suisse, le KOF a réactualisé ses prévisions de décembre 2014. Il prévoit une chute de la performance économique au cours de l'été 2015. Le taux de chômage devrait augmenter et les prix, poursuivre leur baisse", précise les économistes du KOF dans un communiqué.

La chute des cours du pétrole n'arrange rien

Au début du mois, la Banque nationale suisse (BNS) a annoncé l'abandon du cours plancher du franc suisse de 1,20 pour un euro, entraînant une flambée de la devise suisse et des craintes pour les produits exportés.

Le KOF prévoit en outre "une brève récession durant l'été et une baisse du produit intérieur brut (PIB) de 0,5% pour l'ensemble de l'année 2015", ajoute le communiqué. La récession se définit techniquement par deux trimestres consécutifs de contraction.

L'institut suisse dit avoir également tenu compte dans ses prévisions d'un baril de pétrole Brent aux alentours de 50 dollars, anticipant une baisse probable des profits tirés du négoce de l'or noir, pour l'essentiel administré à partir de la Suisse.

Selon le KOF, le taux de chômage va augmenter à 3,4% en 2015 et 4,1% en 2016 à comparer avec un chômage de 3,2% l'an dernier. Les prix à la consommation vont de leur côté baisser de 1,5% pour l'année en cours, contre -0,1% initialement anticipé.

Y.D. avec Reuters