BFM Business

La première mesure qu'appliquera Trump sera économique

Le président qui succédera à Barack Obama à la Maison Blanche a assuré lundi qu'il mettrait en place le retrait des États-Unis du traité commercial transpacifique dès le premier jour de son mandat.

Le président élu américain Donald Trump a affirmé lundi que, le premier jour de sa présidence, il engagerait le retrait des États-Unis du traité commercial transpacifique, signé en 2015 par 12 pays de la région à l'exclusion de la Chine.

Ce partenariat commercial est "un désastre potentiel pour notre pays", a expliqué Donald Trump, qui entrera à la Maison Blanche le 20 janvier, dans une vidéo diffusée lundi par son équipe de transition et dans laquelle il détaille les mesures qu'il prendra dès sa prise de fonctions. "À la place, nous négocierons des traités commerciaux bilatéraux et justes qui ramèneront les emplois et l'industrie sur le sol américain", a ajouté Donald Trump.

Enquête sur les abus concernant les visas

Sur l'immigration, également le premier jour de son mandat, Donald Trump indique qu'il "ordonnera au ministère du Travail d'enquêter sur les abus des programmes de visas". En matière d'énergie, il affirme qu'il "annulera les restrictions tueuses d'emplois dans la production de l'énergie américaine -y compris le gaz et le pétrole de schiste et le charbon propre- créant ainsi plusieurs millions d'emplois bien payés".

Pour la sécurité nationale, il "demandera au ministère de la Défense et au chef d'État-major d'élaborer un plan complet destiné à protéger les infrastructures vitales de l'Amérique des cyber-attaques, et de toutes les autres formes d'attaques". Enfin il imposera aux responsables de l'exécutif une interdiction de faire du lobbying pendant cinq ans après leur départ de l'administration.

En outre, d'une manière générale et afin de réduire la bureaucratie, l'adoption d'une nouvelle règlementation s'accompagnera de la suppression de deux anciennes règlementations, a-t-il affirmé. Il s'agit de "réformer" la classe politique, de "reconstruire notre classe moyenne" et de "rendre l'Amérique meilleure pour tout le monde", a-t-il expliqué.

N.G. avec AFP