BFM Business

La PAC n’aurait pas créé d’emploi

La PAC aurait à peine permis de maintenir le niveau de l'emploi dans l'agriculture en Europe.

La PAC aurait à peine permis de maintenir le niveau de l'emploi dans l'agriculture en Europe. - Olivier Morin - AFP

"La Politique agricole commune, qui fête ses 54 ans, aurait au mieux permis de maintenir le niveau de l’emploi en Europe, selon le rapport d’un eurodéputé."

La Pac est-elle un échec en termes de créations d'emplois? C'est en tout cas le sens du rapport d'un eurodéputé PS pour le Parlement européen. 

"La Politique agricole commune (PAC), qui fête ses 54 ans cette année, n'a pas favorisé la création d'emplois", à en croire un rapport présenté ce mardi 26 avril à Bruxelles par le parlementaire Eric Andrieu, et divulgué par le site du Figaro. "Au mieux, elle a permis de maintenir les 22 millions de postes de travail de l'agriculture en Europe".

"Les réformes successives adoptées depuis 1992 ont laissé libre cours au marché et ont fragilisé l'agriculture familiale, à l'avantage des modèles d'exploitations intensifs orientés vers les marchés à l'export", estime l'eurodéputé, cité par le journal.

Chute du nombre d'exploitations européennes

Il rappelle que 80% des dépenses de la PAC, le 1er budget européen, portent sur des aides directes liées uniquement à la surface des exploitations. "Ces aides sont dénuées de tous sens de la réalité et favorisent la concentration des exploitations agricoles avec un impact négatif sur l'emploi en milieu rural", dénonce-t-il.

"Résultat, le nombre d'exploitations européennes a chuté de 20% rien qu'entre 2007 et 2013, passant de 13,6 millions à 10,8 millions six ans plus tard, selon les dernières statistiques officielles d'Eurostat. Elles emploient 22 millions de personnes, dont 12 millions d'agriculteurs à plein temps".

Jugeant qu'"une PAC en faveur de l'emploi est possible", l'eurodéputé préconise de soutenir jeunes agriculteurs et exploitations familiales afin d'en limiter les effets pervers et souhaite que ses objectifs soient repensés, notamment en prenant en compte les demandes des consommateurs d'une alimentation saine.

Y.D. avec AFP