BFM Business

La Fed choisit le statu quo

La Fed n'a pas annoncé le fameux QE3.

La Fed n'a pas annoncé le fameux QE3. - -

La Réserve fédérale américaine a décidé de poursuivre sa politique de taux bas, mercredi 1er août. Son président, Ben Bernanke, a toutefois douché les espoirs des investisseurs en n'annonçant pas une nouvelle vague d’assouplissement quantitatif.

Les marchés vont encore devoir ronger leur frein. Malgré de nombreux indicateurs en berne, la Réserve fédérale américaine (Fed) a opté pour le statu quo, ce mercredi 1er août. Elle conserve ainsi son taux directeur entre 0 et 0,25% jusqu’à la fin 2014. Chose déjà annoncée, elle poursuit également le fameux "twist", son programme d’échange d’obligations sur le marché.

Mais surtout, la Fed n’a pas cédé aux sirènes des marchés qui réclament depuis plusieurs semaines une troisième vague d’assouplissement quantitatif (Quantitative Easing). Ce procédé consiste à injecter des liquidités dans l’économie en rachetant des titres de dette américaine sur le marché. Cette solution "bazooka", comme la qualifient les investisseurs, n’a donc pas été retenue par l’insititution dirigée par Ben Bernanke.

Les économistes de l’institution ont toutefois admis que de nouveaux rachats d’actifs pourraient se produire à terme afin de soutenir l’économie américaine. La Fed a d’ailleurs bien pris note de la perte de vitesse de la croissance américaine.

Dans le communiqué accompagnant leur décision, les responsables de la banque centrale américaine ont ainsi dit de l'économie qu'elle avait "quelque peu décéléré", alors qu'ils se bornaient, lors de leurs dernières réunions, à juger qu'elle "progressait modérément".

Les investisseurs attendent maintenant la BCE

Ils ont également redit leur déception de ne pas voir d'avancée notable sur le front de l'emploi, le taux de chômage américain peinant à redescendre sous les 8,2%.

Après ce statu quo de la Fed, les marchés auront les yeux rivés sur une autre banque centrale: la BCE. L’institution présidée par Mario Draghi tient sa réunion de politique monétaire ce jeudi 2 août. La semaine dernière, l’Italien avait déclaré que "la BCE est prête à faire tout ce qui est nécessaire" dans le cadre de son mandat pour préserver l'euro. Cette phrase a créé des attentes très fortes de la part des investisseurs. Ces derniers guetteront ainsi toute annonce concernant l’intervention de la BCE sur le marché de la dette souveraine.

BFMbusiness.com (avec AFP et Reuters)