BFM Business

La croissance chinoise rebondit-elle vraiment?

La véracité des statistiques chinoises fait débat

La véracité des statistiques chinoises fait débat - -

Le Chine vient de publier une batterie de bons indicateurs dont une croissance à 7,8% au troisième trimestre, selon les chiffres officiels. Pourtant, le pays s'oriente vers un ralentissement.

Est-ce le réveil ou un simple rebond ? La Chine a enregistré une série de bons indicateurs économiques. Jeudi 17 octobre, le ministère du Commerce a publié des chiffres démontrant que les investissements directs étrangers (IDE) ont progressé de 6,2% sur les neuf premiers mois de l'année.

Ce vendredi 18 octobre, le gouvernement chinois a cette fois publié une croissance de 7,8% pour le troisième trimestre en rythme annuel. Un chiffre qui marque une accélération par rapport au deuxième trimestre (+7,5%).

Faut-il pour autant croire à un redressement de la croissance chinoise? Pas forcément. "Sur le troisième trimestre, on observe un sursaut passager qui s'explique notamment par un effet de base favorable et la forte progression des financements à l’économie durant la seconde moitié de 2012 et en début d’année", explique Sylvain Laclias, économiste pays émergents au Crédit Agricole.

La qualité plutôt que la quantité

Sur la tendance, l'économiste estime que la Chine reste dans une phase de ralentissement. Le Crédit Agricole table ainsi sur une croissance de 7,2% pour 2014, après 7,7% en 2013.

De fait, la Chine se concentre désormais sur la qualité de sa croissance davantage que sur les chiffres à proprement parler. "Nous allons accélérer la mutation de notre modèle de croissance" et "intensifier les restructurations économiques" avait d'ailleurs confirmé le Premier ministre chinois, Li Keqiang, fin septembre.

"Il y a une nécessité pour la Chine de rééquilibrer la croissance sur la demande intérieure, et surtout sur la consommation plutôt que sur l'investissement", souligne Sylvain Laclias, qui rappelle que l'investissement représente 45% du PIB du pays. Du coup, il "se pose inévitablement la question du surinvestissement, et que l’on retrouve d’ailleurs dans l’existence de surcapacités de production".

Fiabilité des chiffres

"Les chiffres depuis le début de l’année n’esquissent aucun rééquilibrage ou presque. Ce processus prendra du temps et se fera sur plusieurs années", poursuit-il. Ainsi l'ajustement de l'économie chinoise devrait encore se refléter dans les prochaines statistiques.

A condition toutefois de croire les données officielles, qui font débat chez les économistes. "On peut certes questionner la fiabilité des chiffres chinois, mais quelle importance que la croissance soit de 7,5%, de 6% ou plus faible ?

L’essentiel est qu’elle s’inscrive dans une certaine continuité et suffise à tenir le contrat social. Ce qui est encore le cas en Chine", tempère toutefois Sylvain Laclias.

Julien Marion