BFM Business

La Bourse de Téhéran clôture à son plus haut niveau historique

La Bourse iranienne a clôturé dimanche au niveau le plus haut jamais atteint depuis son ouverture en 1967, dans un climat de fortes incertitudes sur l'évolution économique de l'Iran.

Après 72 heures d'interruption des échanges du fait du week-end et d'un jour férié pour la fin du ramadan, la Bourse de Téhéran a clôturé à son plus haut niveau historique. L'indice TEDPIX a passé dans la matinée pour la première fois la barre des 100.000 points pour finir la séance au niveau record de 102.452,4 points, en hausse de 3,33%.

L'indice TEDPIX était venu caresser en janvier la barre des 100.000 points, sans jamais l'atteindre, avant de retomber, mais il suit une tendance de hausse depuis que les États-Unis ont annoncé le 8 mai leur retrait de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en juillet 2015.

Un placement refuge

Cette décision implique le rétablissement de toutes les sanctions américaines contre l'Iran suspendues en vertu de cet accord, et commence à faire fuir bon nombre d'investisseurs étrangers qui étaient revenus dans le pays depuis 2016.

Dans ce climat guère favorable aux affaires, plusieurs médias iraniens expliquent la hausse de la Bourse par le fait que celle-ci apparaît comme un placement refuge contre l'inflation face à la hausse des prix induite par la chute de la monnaie nationale sur le marché des changes. En huit mois, le rial iranien a perdu plus de 45% de sa valeur par rapport au dollar des États-Unis.

N.G. avec AFP