BFM Business

L'Argentine risque de devoir rembourser les "fonds vautours"

L'Argentine refuse de rembourser les "fonds vautour".

L'Argentine refuse de rembourser les "fonds vautour". - -

Le pays a été condamné en appel par la justice américaine, ce vendredi 23 août, à verser 1,5 milliard de dollars à des fonds vautours, détenteurs de dette argentine. Un jugement qui confirme celui déjà prononcé en première instance.

L'Argentine essuie un beau revers judiciaire. Ce vendredi 23 août, le pays a été condamné en appel à versé 1,5 milliard de dollars à des "fonds vautours", NML Capital et Aurelius, qui n'ont pas accepté la restructuration de la dette Argentine lors de la banqueroute du pays de 2001.

L'application de ce jugement reste toutefois suspendue à l'avis de la Cour suprême américaine, qui a été saisie du dossier. En première instance, fin 2012, la justice américaine avait donné raison aux "fonds vautours" et condamné l’Argentine. Le gouvernement argentin avait fait appel et obtient dans la foulée la suspension de cette décision.

Des rachats de créances

Pour mieux comprendre l'affaire, il faut rappeler que 7% des créanciers de l'Argentine ont refusé les conditions de la restructuration offertes par Buenos Aires, en 2005 et 2010, qui prévoyait un effacement de dette de 70%. Les 93% restants les ont signées.

Les titres de ces créanciers mécontents ont ensuite été rachetés par les deux "fonds vautour", qui réclament un remboursement intégral, intérêts de retard compris. La présidente Cristina Kirchner leur avait opposé une fin de non-recevoir. Ces fonds, basés aux Etats-Unis et détenant des titres émis sur les marchés américains, ont ensuite porté l’affaire devant la justice fédérale.

Un jugement qui risque de faire des émules

La présidente argentine avait averti, en mai dernier, que le pays refuserait d'accéder à un jugement forçant à payer 100% de ses créances. Cela risquerait d'inciter d'autres créanciers à demander un traitement égal et de faire rebondir la dette de l'Argentine jusqu'à 43 milliards de dollars à un niveau non tenable, ce qui précipiterait le pays vers un nouveau défaut de paiement.

L'Argentine s'était déclarée en décembre 2001 en défaut de paiement, le plus important de l'histoire, pour un montant de 100 milliards de dollars.

J.M. avec AFP