BFM Business

Hong Kong subit de plein fouet la crise, avec une chute de 8,9% de son PIB

-

- - -

La Région administrative spéciale (RAS) a enregistré une contraction de son PIB de 8,9% sur un an, un record. La guerre commerciale et la crise du coronavirus ont violemment pesé sur l'économie hongkongaise.

Hong Kong a enregistré au premier trimestre une contraction de son PIB de 8,9% sur un an, un record, en raison de l'impact de l'épidémie de coronavirus sur son économie déjà malmenée, les mois précédents, par la crise politique et les tensions sino-américaines.

"C'est le recul le plus important mesuré depuis la période initiale de référence, le premier trimestre de 1974", a annoncé lundi l'exécutif hongkongais dans un communiqué.

L'économie de l'ex-colonie britannique avait déjà enregistré en 2019 sa première contraction en une décennie (-1,2%) en raison de la guerre commerciale entre Pékin et Washington et des mois de contestation pro-démocratie.

Pire qu'attendu

Mais l'impact de ces difficultés aura été sans commune mesure avec celui du Covid-19, responsable d'un recul de 8,9% au premier trimestre.

La performance est encore plus mauvaise que celle du troisième trimestre 1998 (-8,3%), pendant la crise financière asiatique, ou celle du premier trimestre 2009 (-7,8%), lors de la crise financière mondiale.

Il s'agit du troisième trimestre de contraction de suite pour l'économie hongkongaise, soit sa pire série depuis 2009.

"Confrontée à l'effondrement de la demande mondiale, la petite économie hongkongaise, très ouverte, se prend un choc sévère", a expliqué Qian Wan, économiste chez Bloomberg Intelligence, dans une note à ses clients.

Ces résultats, qui sont plus mauvais que ce qui était attendu, sont publiés au moment où la ville enregistre de nets succès dans la lutte contre l'épidémie.

Fin de l'épidémie ?

En dépit de sa très grande proximité avec la Chine continentale, berceau de l'épidémie, l'ex-colonie britannique ne totalise qu'un millier de cas, et six décès du au Covid-19. 

Le territoire semi-autonome est en outre parvenu à juguler la propagation locale de la maladie. Ces deux dernières semaines, la ville a enregistré huit jours sans aucun nouveau cas.

Les autorités vont commencer prudemment à lever certaines des restrictions imposées pour empêcher la propagation de l'épidémie. Mais les perspectives économiques demeurent sombres pour un centre financier et commercial tellement dépendant du reste du monde, alors que la pandémie est loin d'être terminée ailleurs.

"Même s'il y a des améliorations, elles seront graduelles et petites", estime le secrétaire aux Finances Paul Chan, qui table sur une contraction du PIB de 4% à 7% sur un an.

TL avec l'AFP