BFM Business

Hong-Kong rouvre son marché à la viande brésilienne

Hong-Kong rouvre son marché à la viande brésilienne.

Hong-Kong rouvre son marché à la viande brésilienne. - Vanderlei Almeida- AFP

Après la Chine, l'Égypte et le Chilli, Hong-Kong, premier acheteur de viande au Brésil, a décidé de lui rouvrir son marché, a annoncé le gouvernement brésilien.

Le Brésil, touché par un scandale de viande avariée, a obtenu mardi la reprise des exportations vers Hong Kong, son premier acheteur de viande bovine, qui a levé l'embargo total, a indiqué le gouvernement brésilien.

Seules restent bloquées les marchandises en provenance des 21 usines visées par l'enquête. "Avec cette mesure, tous les grands marchés pour l'exportation de viande brésilienne sont à nouveau ouverts", s'est félicitée la présidence du Brésil dans un communiqué.

Samedi, trois marchés importants, la Chine, le Chili et l'Égypte, avaient déjà pris des mesures similaires, une nouvelle rassurante pour un secteur-clé de l'économie brésilienne, qui emploie 6 millions de personnes et a rapporté plus 13 milliards de dollars l'an dernier. En 2016, Hong Kong avait acheté pour 718,3 millions de dollars de viande bovine brésilienne, contre 702,7 pour la Chine, deuxième plus gros client, selon les chiffres du ministère de l'Industrie et du Commerce (MDIC).

Au total, les exportations de viande brésilienne vers Hong Kong ont totalisé 1,3 milliard de dollars, avec notamment 357,2 millions en ce qui concerne le poulet. Le scandale a éclaté le 17 mars, quand la police brésilienne a découvert que d'importants négociants avaient corrompu des inspecteurs des services d'hygiène pour certifier de la viande avariée comme étant propre à la consommation. "Les autorités brésiliennes ont fourni aujourd'hui au gouvernement de Hong Kong des informations actualisées et ont affirmé qu'elles allaient appliquer de façon stricte ses méthodes de certification internationale pour démontrer la crédibilité de leur système de contrôle", a expliqué le Centre de la sécurité alimentaire (CFS) de Hong Kong.

En visite au Brésil, le commissaire européen à la Santé et à la Sécurité alimentaire Vytenis Andriukaitis a rencontré mardi matin à Brasilia le ministre brésilien de l'agriculture, Blairo Maggi. Lundi, M. Andriukaitis avait affirmé à l'AFP que le Brésil devait "agir le plus tôt possible pour rétablir la confiance en leur système de contrôles". Comme la Chine et maintenant Hong Kong, les restrictions de l'UE à l'importation de viande brésilienne ne concernent que les 21 usines incriminées, tandis que l'exécutif européen a obtenu des autorités brésiliennes qu'elles suspendent la licence de quatre établissements brésiliens autorisés à y exporter leurs produits.

P.L avec AFP