BFM Business

Grande-Bretagne: le Labour présente un programme à gauche toute 

Jeremy Corbyn veut nationaliser plusieurs secteurs de l'économie britannique.

Jeremy Corbyn veut nationaliser plusieurs secteurs de l'économie britannique. - Paul Ellis - AFP

En vue des législatives anticipées du mois de juin, le parti travailliste a présenté un programme mêlant nationalisations et fin de l'austérité budgétaire.

Le Parti travailliste, principale force d'opposition, a promis de nationaliser des entreprises et de mettre fin à l'austérité budgétaire lors de la présentation de son programme en vue des élections législatives anticipées du 8 juin.

Au cours d'un discours donné ce mardi dans l'atrium de l'université locale de Bradford, le leader du parti Jeremy Corbyn a ainsi présenté ce "programme de l'espérance" comme "responsable et radical", contre "la peur" promise par le Parti conservateur de la Première ministre Theresa May.

Sur les affiches de toutes les couleurs fixées dans la salle, on pouvait lire les titres des chapitres du programme travailliste, notamment "Étendre la démocratie", "Négocier le Brexit", ou encore "Une société plus égalitaire".

Dans cette ville connue pour la jeunesse de sa population, Jeremy Corbyn a commencé par rappeler les difficultés "des jeunes qui luttent pour trouver un travail", "des enfants qui grandissent dans la pauvreté", et "des étudiants qui terminent leurs études endettés". Il a promis une augmentation du salaire horaire minimum à 10 livres (11,72 euros) à l'horizon 2020, et la suppression des frais universitaires.

Renationalisation du Royal Mail

Il a en outre confirmé sa volonté de nationaliser les secteurs des transports, de l'énergie et de l'eau. Le Royal Mail, l'opérateur postal du pays, reviendrait aussi dans le giron public. Sa privatisation en 2013, sous le gouvernement conservateur de David Cameron, constitue en effet selon le Labour une "erreur historique".

Le Labour a promis par ailleurs d'augmenter de 30 milliards de livres (35,17 milliards d'euros) sur cinq ans les fonds attribués au NHS, le service public de santé, et de 1 milliard de livres (1,17 milliard d'euros) les dépenses sociales la première année.

Pour financer ces mesures, Jeremy Corbyn a annoncé qu'il mènerait une importante réforme fiscale visant les entreprises comme les particuliers. Sa réforme de l'impôt sur le revenu concernerait 5% des contribuables les plus riches et viserait à créer deux nouvelles tranches d'imposition. Le taux marginal d'imposition serait porté à 45% (contre 40% actuellement) pour les revenus annuels supérieurs à 80.000 livres (94.000 euros), et à 50% (45% actuellement) pour les revenus supérieurs à 123.000 livres (144.000 euros).

Le Labour souhaite également augmenter progressivement l'impôt sur les sociétés à 26% (contre 19% actuellement), et imposer une nouvelle taxe aux entreprises qui versent d'importantes rémunérations. Cette taxe pourrait s'appliquer à tous les revenus annuels supérieurs à 330.000 livres (387.000 euros). Jeremy Corbyn estime ainsi pouvoir réduire les inégalités qui minent la société britannique.

Y.D. avec AFP