BFM Business

Goldman Sachs freine-t-il le business de l’aluminium?

Les grands acteurs de l'aluminium sont accusés de garder leur stock pour faire grimper les prix.

Les grands acteurs de l'aluminium sont accusés de garder leur stock pour faire grimper les prix. - -

Les autorités américaines enquêtent sur plusieurs établissements accusés de manipuler le cours de l'aluminium. Ces derniers conserveraient leurs stocks pour faire gonfler les prix.

Aux Etats-Unis, un front de plus vient de s'ouvrir dans la guerre qui oppose les banques et les grands régulateurs. Cette fois, sur le terrain des matières premières.

L'agence en charge du dossier a lancé une enquête pour déterminer si des établissements comme Goldman Sachs ou JP Morgan manipulent sciemment les prix du stockage de plusieurs métaux, notamment celui de l'aluminium.

Tout est parti d'une plainte des géants de l'agroalimentaire. Ces gros acheteurs d'aluminium accusent les acteurs du stockage de métaux d'allonger leurs délais de livraison pour faire gonfler les prix. Or ces grands acteurs, ce sont des banques et les négociants comme Glencore.

3.000 tonnes par jour doivent sortir des entrepôts

Le processus est simple. Si la loi oblige les détenteurs d'aluminium à faire sortir 3.000 tonnes de leurs entrepôts par jour, elle ne dit pas à qui ils doivent le livrer. Un simple transfert d'entrepôt à entrepôt est donc légal. Et c'est apparemment ce qui se passe.

Du coup les délais de livraison s'allongent et les couts de stockage augmentent. Ceux qui veulent être livrés plus rapidement paient une prime sur le cours réel de l'aluminium. Mais encore faut-il le prouver.

Ce qui est sûr, c'est que ce petit jeu coute cher. Selon le brasseur MillerCoors, les prix ont augmenté de trois milliards dollars de l'année dernière.

Sidonie Watrigant