BFM Business

Face aux "fonds vautours" l'Argentine va à nouveau restructurer sa dette

L'Argentine a notamment le soutien de la France.

L'Argentine a notamment le soutien de la France. - -

Le pays a annoncé, lundi 27 août, ouvrir un plan pour restructurer la partie de sa dette qui ne l'avait pas été auparavant. Une action qui fait suite à une décision de justice obligeant le pays à rembourser intégralement des fonds d'investissements.

Face aux "fonds vautours", Cristina Kirchner, la présidente argentine, a annoncé, lundi 27 août, l'ouverture d'un troisième plan d'échange de dette pour les créanciers détenant les 7% de titres n'ayant pas encore été restructurés en 2005 ou 2010.

L'initiative de l'exécutif argentin intervient peu après un jugement défavorable d'une cour d'appel de New York qui contraint Buenos Aires à rembourser 1,5 milliard de dollars à NML Capital et Aurelius, les deux fonds "vautours".

Ces fonds spéculatifs sont détenteurs de 0,45% de la dette argentine et réclament 100% des sommes dues alors que les autres créanciers se sont contentés d'environ 30% dans le cadre des deux restructurations de la dette de 2005 et 2010.

Un dossier controversé

L'application de ce jugement est suspendue à la décision de la Cour suprême des Etats-Unis qui doit décider ou pas de s'emparer de ce dossier controversé.

Dans son allocution télévisée, Cristina Kirchner a d'ailleurs "demandé à Dieu d'éclairer" cette Cour suprême. Si elle approuve le jugement de New-York, avance-t-elle, "nous serions devant un cas qui remettrait en question les deux plans d'échange de dette" et risquerait de faire tâche d'huile dans d'autres pays.

La présidente argentine a remercié l'Etat français, président du Club de Paris, d'avoir apporté son soutien à la requête argentine devant la Cour suprême. Paris a fait valoir le besoin de "stabilité financière internationale".

J.M. avec AFP