BFM Business

Cuba et les Etats-Unis aux prises avec le délicat sujet des nationalisations

Le dégel des relations entre les Etats-Unis et Cuba a eu lieu le 17 décembre 2014.

Le dégel des relations entre les Etats-Unis et Cuba a eu lieu le 17 décembre 2014. - Paul Richards - AFP

Cubains et Américains sont entrés en phase de négociations. Elles portent sur les compensations entre les deux pays.

Les négociations concernant les différends financiers entre Cuba et les États-Unis ont débuté depuis quelques jours. Dans un communiqué, le ministère cubain des Affaires étrangères a indiqué que les délégations avaient échangé des informations sur les questions des "compensations qui attendent d'être résolues entre les deux pays".

Auparavant, le porte-parole du département d'État (dénomination aux Etats-Unis du ministère des affaires étrangères) avait qualifié cette prise de contact de "première étape d'un processus que nous envisageons long et complexe".

La délégation américaine, conduite par Mary McLeod, conseillère juridique au Département d'État, a détaillé les compensations exigées par les États-Unis, qui s'appuient sur près de 6.000 plaintes déposées dans ses juridictions nationales. Ces plaintes ont été émises en majorité par des entreprises américaines, mais aussi par des particuliers cubains et américains, après les nationalisations menées par le régime castriste dans la foulée de sa prise du pouvoir en 1959. Elles représenteraient entre 7 et 8 milliards de dollars.

Dommages occasionnés par l'embargo économique

Côté cubain, la délégation menée par le vice-ministre des Affaires étrangères Abelardo Moreno a exposé les compensations colossales réclamées par La Havane pour les dommages occasionnés par l'embargo économique et financier imposé à Cuba par les États-Unis depuis 1962. Les autorités cubaines évaluent le coût économique et humain de cet embargo à plus de 300 milliards de dollars.

Cette réunion s'est tenue quelques jours avant le premier anniversaire du dégel historique entre les deux pays, annoncé le 17 décembre dernier. Depuis, les deux pays ont rétabli leurs relations diplomatiques en juillet et ouvert une série de négociations sur divers thèmes tels que la coopération, l'immigration ou les droits de l'homme. Par ailleurs, Cuba a obtenu son retrait d'une liste noire américaine d'"États soutenant le terrorisme". En revanche, la levée de l'embargo et la restitution de la base américaine de Guantanamo, conditions absolues à la normalisation pour Cuba, ne figurent pas parmi les points en discussion.

D. L. avec AFP