BFM Business

Crise à Hong Kong : Cathay Pacific dans la tourmente

-

- - AFP

La compagnie aérienne, une des plus réputées du monde, est désormais au cœur du conflit qui oppose Pékin et les manifestants hongkongais.

A mesure que le conflit se durcit à Hong Kong, les entreprises locales sont de plus en plus exposées. La dernière en date : la compagnie aérienne Cathay Pacific, véritable fleuron de la région administrative qui a vu une chute brutale de ses réservations. La semaine dernière, près de 160 vols ont été annulés à l'aéroport de Hong Kong, l'un des plus actifs au monde. La majorité de ces vols concernait Cathay Pacific. Ce lundi, l'aéroport a tout simplement été fermé. 

Et c’est loin d’être fini. Ce lundi, le pouvoir central a accentué sa pression en interdisant aux employés de la compagnie hongkongaise qui soutiennent le mouvement pro-démocratie d'être affectés à des vols traversant son espace aérien. Son patron, Rupert Hogg a rapidement obtempéré. « Nous sommes, de par la loi, obligés de nous conformer aux règlements » de l'aviation civile chinoise, d'autant que « les vols vers la Chine continentale font partie de notre cœur de métier » a-t-il ainsi expliqué. Un des pilotes de la compagnie a, par ailleurs, été inculpé pour « participation à une émeute », selon les médias locaux. Le pilote a été suspendu mais a reçu le soutien du syndicat des personnels de bord de Cathay Pacific.

Chute en Bourse

Résultat, Rupert Hogg a notifié aux salariés qu’ils pourraient être licenciés s'ils « soutiennent ou participent aux manifestations illégales », à savoir les manifestations en cours. « Cathay Pacific a une politique de tolérance zéro concernant les activités illégales. En particulier, dans le contexte actuel, il y aura des conséquences disciplinaires pour les employés qui soutiennent ou participent aux manifestations illégales » a-t-il martelé.

Les tensions se sont rapidement fait sentir à la Bourse de Hong Kong où le titre a perdu plus de 4%, à mi-journée lundi (heure locale) tandis que la maison mère de la compagnie, Swire Pacific, cédait de son côté 5,26%.

La crise à Hong Kong ne semble pas montrer de signe d’affaiblissement. Pour Pékin, c’est un défi majeur alors que la guerre commerciale continue de faire rage avec les Etats-Unis. Pour Hong Kong, qui redoute l’emprise du pouvoir central chinois, cela pourrait avoir des conséquences importantes sur son économie : une mainmise trop importante de la Chine pourrait décrédibiliser la place financière mais la crise impacte désormais fortement l’économie et notamment le tourisme, issu majoritairement de Chine continentale.