BFM Business

Ces stations de métro qui prennent  le nom d’une grande marque

La Pattison Station de Philadelphie, renommée AT&T station.

La Pattison Station de Philadelphie, renommée AT&T station. - Wikimedia

Alors que la ville de Los Angeles autorisera bientôt les entreprises à donner leur nom à des stations de métro, beaucoup de municipalités ont déjà franchi le pas. Tour d’horizon.

Changera-t-on bientôt de station à Auber-SFR, ou à Franklin Roosevelt – Christian Dior? Que les Parisiens se rassurent : cette éventualité n’est (encore) que pure fiction. Mais d’autres grandes villes ont bel et bien décidé d’accoler des noms de marques à leurs stations de métro.

Le dernier exemple en date nous vient de Los Angeles, où l’Autorité des transports a décidé d’autoriser le sponsoring des parkings, stations de bus, tramway et métro. Les entreprises pourront donc accoler leur nom aux noms historiques, pour une durée fixée par contrat. Seules les marques d’alcool, de tabac, ou les noms faisant référence à la religion ou à la pornographie, seront proscrits. Les revenus issus du sponsoring seront destinés à améliorer les conditions de transport des usagers.

Si le concept peut sembler étrange aux Français, la ville de Los Angeles n’est pourtant pas pionnière en ce domaine. En témoigne la station new-yorkaise Atlantic Avenue – Barclays center, renommée ainsi en 2009 (et pour 20 ans) à la suite d’un contrat avec le célèbre établissement bancaire. Ou encore la AT&T station de Philadelphie (initialement Pattison Station) qui, pour 5 ans et un peu plus de 3 millions de dollars, va porter le nom du géant des télécoms.

Plusieurs exemples en Europe

L’Europe n’est pas épargnée par le phénomène. A Londres, même si le projet de renommer la station de métro Oxford Circus en Oxford landing (en référence à un producteur de vin) a fait long feu, certaines marques se sont déjà imposées dans les transports. Barclays’s Cycle Hire, sorte de vélib’ à l’anglaise, ou encore l’Emirates Air Line, le téléphérique traversant la Tamise, en sont des exemples. Tandis qu’à Madrid, une ligne et une station de métro portaient le nom de Vodafone jusqu'en mai dernier.

Enfin, à Dubaï, le système a été généralisé à l’ensemble des stations de métro. Mais avec certains critères : "Nous n’allons pas vendre le nom de nos stations à n’importe quelle marque", expliquait récemment le patron des transports dubaïotes, dans le journal The national. "Cela doit correspondre à nos valeurs et à notre culture. Il n’y aura pas de station Marlboro, par exemple".

Y.D.