BFM Business

Avec 513,8 milliards de dollars, les dividendes versés aux actionnaires franchissent un nouveau cap

Les dividendes versés par les entreprises aux actionnaires ont augmenté de 1,1% au deuxième trimestre 2019 pour atteindre 513,8 milliards de dollars au niveau mondial.

Les dividendes versés par les entreprises aux actionnaires ont augmenté de 1,1% au deuxième trimestre 2019 pour atteindre 513,8 milliards de dollars au niveau mondial. - Pixabay

Une étude souligne que le montant des dividendes versés par les entreprises au niveau mondial a atteint un niveau sans précédent au deuxième trimestre 2019.

Certes, le ralentissement de l’économie planétaire a quelque peu freiné leur progression. Il n’empêche que les dividendes versés par les entreprises aux actionnaires ont augmenté de 1,1% au deuxième trimestre 2019 pour atteindre 513,8 milliards de dollars, selon une étude menée par la société de gestion de fonds Janus Henderson Investors et publiée ce lundi 19 août.

Pour autant, la société de gestion tient à le souligner : « Le taux de croissance a été le plus faible en plus de deux ans ». En cause, détaille-t-elle, la décélération de l'économie mondiale qui a « commencé à se faire sentir sur les dividendes ».

L’Europe dévisse, la France se hisse

Au deuxième trimestre l’an passé, le montant des dividendes avait pourtant progressé de 14,3%. Cette hausse de 1,1% apparaît donc dérisoire en comparaison. Janus Henderson Investors évoque d’autres facteurs à l’origine de ce ralentissement. A commencer par la solidité du dollar qui a « particulièrement touchée » l’Europe (hors Royaume-Uni) au point de faire reculer les dividendes de 5,3% à 169,5 milliards de dollars, compte tenu, entre autres, de la faiblesse de l'euro.

« Le ralentissement économique mondial est particulièrement notable en Europe, ce qui a une incidence sur les bénéfices et qui, par conséquent, limite la capacité des sociétés européennes à augmenter leurs dividendes », poursuit la société de gestion.

La bonne nouvelle tient au fait que les actionnaires français sortent du lot, du moins de cette tendance européenne. Les sociétés tricolores se sont, en effet, montrées particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Résultat : la France se hisse - et de loin - en tant que « plus grand payeur de dividendes en Europe », pointe l’étude avec +3,1% versés à 51 milliards de dollars au deuxième trimestre.

A l’instar de l’Europe, la région Asie-Pacifique (hors Japon) a également fait moins bien que l'an passé sur la même période (-2,9% à 43,2 milliards de dollars). A l’inverse, note Janus Henderson Investors, les dividendes versés par les sociétés nippones ont « surperformé le reste du monde au cours des quatre dernières années ». Si bien qu’au final, malgré ce nouveau cap, les seuls pays à avoir véritablement battu des records au cours du deuxième trimestre ne sont autres que le Canada, la France, le Japon et l'Indonésie.

1 430 milliards de dollars sur l’année ?

Outre Atlantique, le montant des dividendes ressort en hausse de 4,4% à 132,9 milliards de dollars. Là encore, le rythme de progression constaté s’avère « le plus lent en deux ans », souligne le communiqué. Au global, « les dividendes mondiaux ont augmenté de façon extrêmement rapide au cours des deux dernières années et le ralentissement auquel nous assistons n'est donc pas une source d'inquiétudes », commente le directeur de la gestion actions internationales de Janus.

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, la société de gestion de fonds a décidé de maintenir ses prévisions et de tabler sur un montant record de 1430 milliards de dollars de dividendes, soit une hausse de 4,2% au global d’ici la fin de l’année.