BFM Business

Automobile électrique : croissance et ventes mondiales record pour 2018

Avec la montée en puissance de la Model 3 et le lancement du nouveau SUV Model Y, Tesla régnera sans doute en maître sur le secteur de l'automobile électrique cette année, malgré une concurrence de plus en plus rude.

Avec la montée en puissance de la Model 3 et le lancement du nouveau SUV Model Y, Tesla régnera sans doute en maître sur le secteur de l'automobile électrique cette année, malgré une concurrence de plus en plus rude. - Frederic J. BROWN / AFP

Les ventes d'automobiles électriques ont passé le cap des 2 millions d'exemplaires à travers le monde en 2018. Une croissance de 72%, dans un marché aux tendances encore très volatiles.

Un cap symbolique pour une année qui aura marqué un tournant sans doute historique. C'est ce que remarque le cabinet JATO Dynamics, qui fait autorité au niveau mondial pour les statistiques automobiles. 2018 aura été une année record pour l'électrique, mais elle aura aussi lancé l'ensemble des constructeurs mondiaux de manière décisive dans une logique de production de masse.

Avec une croissance de 72% des ventes, soit un peu plus de 2 millions de véhicules (en y incluant les hybrides rechargeables), le marché se développe à vitesse exponentielle... Tout en ne représentant que 2,3% des ventes mondiales.

Un trio de tête solide

Année 2018 très contrastée où le super champion Tesla sera passé d'une phase compliquée de production à un redémarrage en trombe avec son Model 3 si prometteur. A 35.000 dollars prix d'appel, cette voiture plus abordable aura mis du temps à sortir des chaînes de montage, mais ses débuts sont fulgurants. En quelques mois à peine, elle se sera écoulée à 130.000 exemplaires (contre 2 en 2017!), ce qui en fait le best-seller de l'année, 7% du marché à elle toute seule. 

Les ventes totales du Model 3 représentent quasiment le quart des 550.000 véhicules que Tesla a produits depuis ses débuts. Un retournement de marché très favorable à l'Américain qui devrait encore largement en profiter, d'autant qu'un nouveau modèle a été présenté en cette mi-mars : le Model Y, sorte de SUV (segment très couru qui représente 40% du marché européen notamment désormais) basé sur la Model 3. 

Derrière, le Chinois BYD reste un concurrent de taille, mais focalisé avant tout sur son marché domestique. Sa petite citadine EC se sera écoulée à 92.000 exemplaires. Et l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi reste bien installée dans ce trio de tête, avec entre autres 3 modèles à succès, la Nissan Leaf (80.000 unités), La Renault Zoé (40.000) et le Mitsubishi Outlander PHEV (41.000).

La percée de BMW

Mais le fait marquant de cette année est surtout le nombre croissant de constructeurs qui ont lancé une offre alternative, avec succès. Quelques milliers d'exemplaires à chaque fois, mais s'inspirant du succès de Tesla et préparant d'énormes investissements pour accélérer la cadence par la suite. 

Le succès le plus impressionnant reste celui de BMW, qui en électrifiant sa gamme, a réussi la meilleure percée de cette année. Sa Série 5 hybride rechargeable s'est vendue à 40.000 exemplaires, et sa petite I3 électrique a atteint les 34.000 exemplaires.

2018, l'année de l'I-Pace

L'année fut marquée aussi par des lancements de produits de rupture, qui ont chacun la possibilité de changer la donne sur le marché au vu de leurs taux de progression. Le Jaguar I-Pace notamment, SUV de luxe 100% électrique, élu voiture de l'année 2019 il y a quelques jours, s'est vendu à 7.000 exemplaires en quelques mois seulement, malgré un prix approchant des 100.000 euros. Sur certains marchés et lors des derniers mois de l'année, il est même parvenu à dépasser Tesla, notamment sur le très regardé marché norvégien, marché-test pour l'automobile électrique.

Preuve que sur un segment avec de tels taux de croissance, et des produits qui dès leur lancement peuvent chambouler la carte du marché, l'année 2019 s'annonce encore très mouvementée. Si l'on en croit les chiffres, et si l'on reste sur les mêmes tendances, Tesla s'achemine vers une année de reconquête et même de nouvelle suprématie grâce à la Model 3. 

Bataille de marché, bataille de la valeur

Mais l'arrivée progressive de nouveaux modèles hybrides rechargeables chez les grands généralistes (PSA et Renault-Nissan-Mitsubishi), les ambitions extrêmement fortes de Volkswagen (notamment avec le lancement de l'Audi E-Tron et de la Porsche Taycan), ainsi que la montée en puissance des constructeurs coréens Hyundai et KIA, seront les ingrédients d'une bataille commerciale sans merci. 

Ajoutez à cette bataille commerciale celle de la valeur. Car si Tesla domine le marché, c'est avant tout parce qu'il n'a jamais fabriqué que des voitures électriques, avec un écosystème, un outil industriel et un modèle économique articulé autour de ces produits, depuis le début. Les grands généralistes, eux, vont devoir batailler davantage pour gagner des parts de marché tout en gérant la problématique de la valeur, avec des véhicules qui demandent 30% de main d'oeuvre en moins que leurs équivalents thermiques, et qui sont vendus de 20 à 50% plus cher alors même que beaucoup de la chaîne de valeur bénéficie en définitive aux fabricants de batteries et de composants.