BFM Business

Après General Motors, Trump menace Toyota

Donald Trump accentue un peu plus la pression sur le secteur automobile

Donald Trump accentue un peu plus la pression sur le secteur automobile - Jim Watson - AFP

La président élu a affirmé ce jeudi 5 janvier qu'il ferait payer à Toyota d'importantes taxes à la frontière, si le groupe nippon décide d'ouvrir une usine au Mexique pour le marché nord-américain.

Trump n'en finit plus de s'en prendre aux constructeurs automobile. Le président élu des États-Unis a a menacé jeudi Toyota de représailles douanières si le constructeur automobile japonais construisait comme prévu une usine au Mexique pour fabriquer des voitures destinées au marché américain.

"PAS QUESTION! Construisez des usines aux États-Unis ou payez d'importantes taxes à la frontière", a tweeté le président élu après avoir agité une menace similaire mercredi à l'encontre de l'américain General Motors.

Dans son message, le futur président américain fait référence à une "nouvelle usine" que le groupe japonais projetterait de construire à "Baja, Mexico" pour y fabriquer des modèles Corolla.

Le recul de Ford

Après cette annonce, l'action Toyota partait en baisse de 0,55% vers 19H40 à Wall Street où elle est également cotée.

Donald Trump a récemment accentué sa pression sur les constructeurs automobiles pour qu'ils cessent d'utiliser l'accord de libre-échange Aléna qui permet, sous certaines conditions, d'exporter vers les États-Unis et sans droits des douane des marchandises produites au Mexique.

Mardi, le futur président avait ainsi sommé General Motors de fabriquer aux États-Unis ses voitures destinées au marché américain sous peine payer une "lourde taxe frontalière".

Également durement critiqué par Donald Trump pour ses délocalisations, le groupe américain Ford avait, lui, annoncé mardi renoncer à construire une usine au Mexique pour investir dans une installation déjà existante dans le Michigan (nord des États-Unis).

J.M. avec AFP