BFM Eco

Hôpital: les médecins déçus par les 300 millions d'euros prévus pour revaloriser leurs salaires

L'enveloppe prévue par le ministre de la Santé concernerait 100.000 médecins, pharmaciens et odontologistes à l'hôpital public.

L'enveloppe prévue par le ministre de la Santé concernerait 100.000 médecins, pharmaciens et odontologistes à l'hôpital public. - FREDERICK FLORIN / AFP

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé aux syndicats une enveloppe de 300 millions d'euros pour revaloriser les salaires des médecins hospitaliers, qui ont jugé cette somme très insuffisante.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé ce lundi aux syndicats une enveloppe de 300 millions d'euros pour revaloriser les salaires des médecins hospitaliers, lesquels ont jugé cette somme très insuffisante.

Cette enveloppe, annoncée dans le cadre du "Ségur de la santé" lancé fin mai, est nettement en-deçà des 7 milliards revendiqués par les syndicats, dont un responsable a évoqué "une désillusion énorme", un autre qualifiant ce montant d'"inadmissible" et un troisième le considérant "nul" au regard des "100.000 médecins, pharmaciens, odontologistes" concernés.

Des hausses ciblées sur le début et la fin de carrière

Ces 300 millions comprendraient des hausses de salaires ciblées sur le début et la fin de carrière des praticiens hospitaliers, ainsi qu'une revalorisation de plusieurs primes (engagement de service public exclusif, garde des weekends et jours fériés) et du temps de travail additionnel (les heures supplémentaires des praticiens hospitaliers).

Autant de mesures qui ne concernent pas les internes et les étudiants en médecine, dont la situation sera traitée à part.

300 millions d'euros contre 6 milliards pour les paramédicaux

Le montant alloué à cette revalorisation est beaucoup moins important que les 6 milliards d'euros promis aux personnels paramédicaux (infirmiers,...) de l'hôpital public, qui sont en effectif, beaucoup plus nombreux que les médecins praticiens hospitaliers.

Les syndicats de médecins hospitaliers avaient quitté la semaine dernière (le 23 juin) une réunion au ministère sur leurs "carrières et rémunérations", mécontents de l'absence de calendrier et de chiffrage des revalorisations promises dans le cadre du "Ségur de la santé".

Dans leur document de travail, les syndicats de médecins hospitaliers réclamaient une hausse immédiate de 300 euros net mensuel pour les internes de médecine (futurs médecins employés dans le cadre de stages de fin de cursus). Ils demandent par ailleurs une forte revalorisation salariale au 1er septembre 2020 pour l'ensemble des médecins hospitaliers, avec 5000 euros net en début de carrière (contre 3754 euros net actuellement) et 10.000 euros net en fin de carrière (contre 6383 euros net aujourd'hui).

F.B avec AFP