BFM Eco

"Halo du chômage" record: pourquoi la France compte tant d'inactifs non comptabilisés parmi les chômeurs

Un guichet Pôle Emploi.

Un guichet Pôle Emploi. - Pascal Guyot - AFP

Si le nombre de chômeurs a nettement baissé en 2019, le halo autour du chômage, qui regroupent des personnes indisponibles pour des raisons durables ou découragées par la recherche d'emploi, a fortement augmenté.

La tendance se confirme. En 2019, le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) a nettement baissé, passant de 8,8% à 8,1% de la population active sur un an, à 2,4 millions de personnes (-85.000 au quatrième trimestre). Une nouvelle qui tombe à pic pour le gouvernement. Lequel n’a pas manqué de vanter les mérites des réformes engagées au début du quinquennat pour flexibiliser le marché du travail.

Mais ces bons chiffres s’expliquent avant tout par une croissance française plus riche en emploi en raison d’un ralentissement des gains de productivité. Dans le même temps, les départs en retraite progressifs des baby boomers encouragent mécaniquement les embauches pour remplacer au moins une partie d'entre eux.

Le halo du chômage au plus haut

S’il faut évidemment se réjouir de cette dynamique positive, une ombre vient noircir le tableau: le halo du chômage, qui a encore nettement progressé (+59.000 personnes) entre le troisième et quatrième trimestre 2019. Au total 1,7 million de personnes sont classées par l'Insee dans cette catégorie. Soit 4% de la population des 15-64 ans, son plus haut niveau depuis 2003.

Le halo autour du chômage en forte hausse
Le halo autour du chômage en forte hausse © Insee

Au sens du BIT, le halo du chômage regroupe les personnes qui souhaitent travailler mais qui sont "classées" comme inactives, soit parce qu’elles ne sont pas disponibles pour travailler dans les deux semaines (longue maladie, formation...), soit parce qu’elles ne recherchent pas activement un emploi, soit les deux. Il peut s’agir par exemple d’un parent désireux d’avoir un emploi mais, ne trouvant pas de solution pour faire garder ses enfants, est contraint de s’en priver, ou encore des personnes découragées dans leur recherche d’emploi. 

Pas de lien avec l'activité

Comme le rappelle La Tribune, certains économistes préconisent d’inclure ces personnes situées à la frontière du chômage dans les chiffres du BIT, ce qui porterait le nombre de Français sans emploi à 4,1 millions. À cela pourraient s’ajouter les travailleurs précaires, sachant que toute personne ayant travaillé au moins une heure dans la semaine de référence n’est pas considérée comme chômeur par le Bureau international du travail. 

C’est en suivant cette logique que les économistes de l’OFCE expliquaient dans leur ouvrage L’économie française en 2020 que "le manque d’emploi dans l’économie française comprend également les travailleurs à temps partiel subi, les chômeurs découragés, les chômeurs âgés dispensés de recherche d’emploi".

Reste une anomalie. Comment expliquer cette hausse du halo du chômage alors que les créations d’emploi ne cessent d’augmenter (+210.000 en 2019)? Difficile de répondre à cette question. Une chose est sûre, "le halo n’est pas un indicateur conjoncturel: il n’est pas vraiment corrélé à l’activité", souligne l’Insee. L’institut de la statistique affirme néanmoins observer une hausse tendancielle du halo du chômage depuis 2009 mais "sans lien très clair avec le taux de chômage ou les créations d’emploi".

Paul Louis