BFM Business

Grève: moins de 200 entreprises ont demandé à bénéficier du régime de chômage partiel

La secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances a appelé les commerçants fragilisés par la grève à "décrocher leur téléphone" pour bénéficier des aides accordées par le gouvernement.

Alors que la grève contre la réforme des retraites perdure, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, a fait le point ce jeudi sur la situation des entreprises, notamment de l'hôtellerie-restauration, touchées par des baisses de fréquentation

La "situation est très hétérogène entre les différents commerçants", a-t-elle expliqué sur notre antenne, indiquant que les difficultés étaient surtout centrées "sur l'Ile-de-France". Ainsi, dans l'hôtellerie-restauration, certains établissements ont subi des baisses de chiffre d'affaires "dans les zones les plus touristiques de l'ordre de 30 à 40%", a poursuivi la secrétaire d'État. 

Moins de 200 entreprises ont demandé à bénéficier du chômage partiel

Des aides sont néanmoins accordées par le gouvernement pour soutenir l'activité de ces commerçants. "Premier soutien: report des échéances fiscales pour les commerçants qui en font la demande et bénéfice du chômage partiel pour ceux qui font face à une baisse de la fréquentation", a détaillé Agnès Pannier-Runacher. 

Cependant, "il y a moins de 200 entreprises qui ont demandé à bénéficier du chômage partiel", a-t-elle regretté. "Je les invite à décrocher leur téléphone et à demander de bénéficier de ces régimes. Ils y ont droit, on les accompagnera. S'ils ont des difficultés de trésorerie, on doit être à leurs côtés. C'est très clair, il ne faut pas hésiter à franchir le pas", a-t-elle ajouté. 

Et de conclure: "Il n'y aura pas de contrôle derrière parce qu'on aura donné ces bénéfices-là. Nous avons réussi lors de la crise des gilets jaunes à accompagner 5000 entreprises, nous devons être au rendez-vous de la même manière maintenant". 
Paul Louis