BFM Business

Gérald Darmanin: "Le gouvernement continue de penser que l’âge pivot est une mesure juste et efficace"

-

- - THOMAS SAMSON / AFP

Dans une interview au Figaro, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics laisse la porte ouverte aux conclusions de la conférence sur le financement des retraites mais, il défend à nouveau l'âge pivot comme "une mesure juste et efficace".

Dans une interview au Figaro, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics indique que le gouvernement est prêt à donner du temps à la conférence sur le financement des retraites proposée par Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, mais juillet ne serait selon lui pas compatible avec le calendrier législatif.

"Le gouvernement est prêt à donner du temps à cette conférence des financeurs, mais juillet ne serait pas compatible avec le calendrier législatif. Nous devons être responsables dans ce que nous proposons, c’est-à-dire assurer le financement de nos promesses et de nos projets", explique le ministre qui souhaite que la conférence se déroule "dans un délai compatible avec l’étude du projet de loi".

"Il est désormais temps d’avancer"

Sur l'âge pivot à 64 ans, que Laurent Berger souhaite voir disparaître du projet de loi, Gerald Darmanin indique ne pas vouloir "préjuger des conclusions de cette conférence avant qu’elle ne démarre", même si pour lui - et le gouvernement - cela reste la meilleure des solutions pour arriver à l'équilibre financier du système des retraites.

"Le gouvernement continue de penser que l’âge pivot est une mesure juste et efficace", précise-t-il.

Quant au calendrier, pour Gérald Darmanin, il n'est pas forcément nécessaire d'attendre la fin de la conférence du financement avant d'entamer l'examen du projet de loi à l'assemblée.

"Il est désormais temps d’avancer. Par ailleurs, les discussions au Parlement dureront plusieurs semaines, il est tout à fait possible de mener l’examen du texte et la conférence de financement en parallèle. Ce qui est important, c’est que les conclusions de la conférence de financement puissent être intégrées dans le projet de loi avant son vote définitif", juge-t-il.
Anne-Katell Mousset