BFM Business

Gérald Darmanin: "Il faudra faire revenir en France la production essentielle pour la vie de la nation"

En Facetime, le ministre de l’Action et des Comptes publics a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi sur RMC et BFMTV, notamment sur la pénurie de masques en France et comment s'en prémunir.

Beaucoup d’auditrices et d’auditeurs ont appelé RMC à propos du manque de masques de protection. Des infirmières, des policiers, des surveillants de prison, ne sont pas équipés. “Ils doivent aller en priorité au personnel soignant”, a répété Gérald Darmanin, ce matin sur RMC et BFMTV. 

Mais face à cette pénurie de masque, le gouvernement réfléchit à long terme, a fait savoir le ministre.

“L’une des grandes leçons de cette crise sanitaire, c’est qu’une partie de notre production -et ce n’est pas seulement la France, c’est le cas aussi des Etats-Unis et d’autres pays européens- se fait dans un pays qui a été le premier touché il y a maintenant plus d’un mois, et qui s’appelle la Chine".

Importer des masques de partout où ils sont

Ainsi "il faudra après cette crise sans doute -et même si aujourd’hui, les ouvriers français et européens travaillent 24h sur 24 pour fabriquer des masques et du gel hydroalcoolique, et je remercie d’ailleurs toutes les entreprises qui aident l’Etat sur ce point- il faudra réfléchir bien sûr, et moi c’est une conviction que j’ai depuis longtemps, à faire revenir dans notre continent européen et singulièrement en France, une production de ce qui nous paraît être essentiel pour la vie de la nation". 

En attendant, le gouvernement “envisage d’importer des masques de partout où ils sont. C’est d’ailleurs pour ça que l’économie ne s’est pas arrêtée, c’est pour ça que les douaniers -qui sont sous mon autorité- sont sur le pont matin midi et soir dans les ports et aux frontières françaises et européennes, pour pouvoir contrôler ces marchandises parce qu’il ne s’agit pas non plus d’importer n’importe quel produit qui a n’importe quelle norme et qui serait pire que mieux”.

Nina Godart