BFM Business

France: forte contraction de l'activité du secteur privé en novembre

L'open space est l'espace de travail de référence des projets de groupe

L'open space est l'espace de travail de référence des projets de groupe - Intervoice TM - Wikimedia Commons - CC

L'indice Flash composite de l'activité globale est tombé à 39,9 points en novembre après 47,5 en octobre. Un chiffre en dessous de 50 indique une contraction de l'activité.

L'activité du secteur privé a plongé en novembre en France, sous l'effet du reconfinement, selon un indicateur provisoire publié lundi par le cabinet IHS Markit.

L'indice Flash composite de l'activité globale est tombé à 39,9 points en novembre après 47,5 en octobre, essentiellement du fait de la contraction de l'activité dans les services. Un chiffre en dessous de 50 indique une contraction de l'activité, quand un chiffre au dessus reflète une expansion.

"Après l'introduction de nouvelles mesures de confinement à la fin du mois d'octobre, un net repli de l'activité du secteur privé était inévitable en novembre. Il est toutefois rassurant de constater que la contraction enregistrée (...) a été bien moins marquée que celle observée lors du premier confinement", a souligné Eliot Kerr, économiste chez IHS Markit.

En mars dernier, l'indice composite était tombé à 28,9 alors que le confinement avait débuté le 17 du mois, avant de s'effondrer à 11,1 en avril, soit son plus bas historique.

Le secteur privé a commencé à reculer depuis septembre

"Certaines entreprises ont pu adapter leurs modes de fonctionnement aux nouvelles conditions", selon Eliot Kerr.

Dans le détail, l'indice flash de l'activité dans les services s'est replié à 38 points en novembre, après 46,5 en octobre, tandis que celui dans l'industrie s'affiche à 49,1, contre 51,3 points en octobre.

Après la nette reprise enregistrée dans les premiers mois ayant suivi la sortie du premier confinement mi-mai, l'activité du secteur privé a commencé à reculer depuis septembre, avec le regain de l'épidémie de Covid-19.

En revanche, "malgré la forte dégradation de la demande en novembre, les suppressions d'emplois ont ralenti et affiché leur rythme le plus faible depuis l'aggravation de la crise sanitaire en mars dernier", a noté Eliot Kerr.

T.L avec AFP