BFM Business

Volvo accélère sa conversion industrielle au "made in China"

La berline haut de gamme Volvo S90 sort de l'usine chinoise de Daqing que le constructeur suédois possède dans l'empire du Milieu.

La berline haut de gamme Volvo S90 sort de l'usine chinoise de Daqing que le constructeur suédois possède dans l'empire du Milieu. - Volvo

La marque suédoise transfèrera de Suède en Chine la production de la version premium de sa berline S90. Sa compacte S40 sera produite dans sa nouvelle usine chinoise qu'elle partagera avec sa maison-mère Geely.

Volvo Cars, propriété du chinois Geely, voit son barycentre industriel basculer franchement vers la Chine. "La capacité de production va être augmentée et la Chine va devenir un centre mondial de production et d'exportation répondant à la demande croissante des États-Unis, de l'Europe et de la région Asie-Pacifique pour ses nouveaux modèles", a indiqué le groupe industriel automobile d'origine suédoise.

Volvo dispose de trois usines en propre dans l'empire du Milieu dont il est responsable de la fabrication et qui sont dédiées à des véhicules de la marque. "Avec trois usines, à raison d'une ligne de production dédiée par site, Volvo met en place une structure de production efficace, assurant les conditions de sa croissance", a justifié le PDG Håkan Samuelsson.

Geely produira sa marque Lynk&Co dans l'usine chinoise de Volvo

Sa berline S90 est produite dans son usine existante de Daqing (située au nord de la Chine). Plus symbolique encore de sa nouvelle stratégie industrielle : sa future version "premium" sera transférée d'Europe vers la Chine, sur ce site. De même, sa berline sportive S60 sera désormais produite dans son autre usine de Chengdu (ouest). Enfin, la petite berline compacte S40 va être fabriquée dans une usine en cours de construction à Luqiao, à 350 kilomètres au sud de Shanghai.

Ce futur site industriel, placé comme les deux autres sous le management de Volvo, illustre le modèle hybride de développement industriel qu'ont choisi le constructeur suédois, réputé pour véhicules premium et sa maison-mère Geely, plus connue pour ses voitures low cost. Les deux marques partageront l'usine de Luqiao d'où sortiront à la fois le modèle S40 et les véhicules concurrents de la nouvelle marque chinoise Lynk&Co, co-développés avec Volvo et promus par Geely dans le cadre de sa montée en gamme.

Soucieux de rassurer ses salariés et ses clients en Europe, Volvo précise que ses deux usines européennes de Göteborg-Torslanda en Suède et de Gand en Belgique, continueront de produire des véhicules pour les marchés de proximité. La première produira des S60 et S90, la seconde uniquement des S40.

Volvo bâtit par ailleurs une nouvelle usine en Caroline du Sud consacrée aux modèles haut de gamme pour le marché américain et l'export. Sa mise en service est prévue dans le courant du second semestre 2018.

Vendu par Ford en 2010 au chinois Geely, Volvo Cars a vendu plus d'un demi-million de voitures en 2015 et son chiffre d'affaires s'affiche en hausse sur les trois premiers trimestres de 2016. Ses bons résultats doivent beaucoup à son succès commercial en Chine, où la marque suédoise a vendu 63.000 véhicules rien que sur les neuf premiers mois de 2016, contre 57.000 en 2015, sur la même période. D'ici 2020, son objectif est d'écouler 800.000 véhicules par an sur le marché mondial.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco