BFM Business

Zéro mort au volant de ses voitures en 2020, le pari fou de Volvo

Le "Lounge Console", l'aménagement grand luxe aux airs de salon roulant conçu par Volvo sur son SUV XC90.

Le "Lounge Console", l'aménagement grand luxe aux airs de salon roulant conçu par Volvo sur son SUV XC90. - Volvo

Aucun mort sur les routes en 2020 impliquant une Volvo. La marque suédoise est la seule au monde à s'être fixé un objectif d'une telle exigence. Et elle compte sur son expertise en matière de voiture autonome pour y parvenir.

Fin 2014, le patron de Volvo annonçait rien de moins que vouloir éradiquer la mort, devant 200 journalistes médusés invités en Suède. La mort au volant d'une Volvo, évidemment. Et il avait même donné une échéance: 2020. Une promesse qui n'engage que ceux qui y croient, aurait-on pu penser. Sauf que depuis, les responsables de la marque automobile rappellent cette promesse comme un mantra. Du patron de Volvo France à celui des États-Unis interviewé récemment par la chaîne CNN. "Si vous rencontriez les ingénieurs suédois, vous verriez qu'ils sont très sincères, ils ne disent pas les choses s'ils n'y croient pas." 

Une confiance des ingénieurs de Volvo accentuée par des statistiques très favorables. Ainsi selon l'institut américain de la sécurité routière, le SUV star de la marque -le XC90- n'a plus été impliqué dans un accident mortel depuis 4 ans aux États-Unis. Certes, Volvo est loin d'être le plus gros vendeur de véhicules outre-Atlantique (elle en a vendu 70.000 en 2015) et le XC90 n'est pas le seul dans ce cas (l'institut en dénombre neuf). Mais la marque suédoise (propriété du chinois Geely depuis 2010) assure que sa présence dans ce groupe n'est pas dû au hasard.

2020, les premières voitures autonomes

Car chez Volvo la sécurité est une obsession. La marque possède une unité spécialement dédiée à cette problématique. Dans le centre de sécurité de Göteborg, les ingénieurs réalisent près de 300 crash-tests par an et disposent d’une base de données de 35.000 cas d’accident impliquant une Volvo. Des statistiques qui permettent à la marque d'améliorer sans cesse le logiciel qui pilotera dès 2020 les premières voitures autonomes lancées par la marque.

Prototype de voiture autonome dévoilé par Volvo fin 2015.
Prototype de voiture autonome dévoilé par Volvo fin 2015. © Volvo

Car Volvo, comme d'autres marques, a annoncé que d'ici 4 ans des voitures intelligentes sans-chauffeur rouleraient sur les routes. "Or, explique Erik Coelingh, le responsable de la sécurité de la marque, si vous mettez un véhicule entièrement autonome, vous devez réfléchir à tout ce qui peut potentiellement arriver avec une voiture." Freinage intempestif d'un autre véhicule, piéton qui traverse en pleine circulation, voiture qui grille un feu rouge... Autant d'aléas que le véhicule devra détecter pour apporter une réponse rapide.

Ces 4 technologies qui améliorent la sécurité

Et c'est en travaillant sur ces voitures autonomes que Volvo améliore les technologies de sécurité. Car évidemment seule une poignée de véhicules seront sans chauffeur en 2020. Et l'objectif de "zéro mort" concerne tous les véhicules Volvo, pas seulement ceux qui se conduisent tout seul. Pour ça, la marque implante les technologies de ces futures voitures dans les véhicules actuels. Il y en a notamment 4:

-La vitesse adaptative: grâce à des capteurs et des radars, la voiture adapte sa vitesse au véhicule qu'elle suit. Elle accélère et freine à votre place. Si cette technologie fonctionne sur autoroute, à terme elle sera utilisée même dans les embouteillages.

-Détection des marquages au sol: la voiture sait repérer les différentes lignes (continue, discontinue, de dissuasion, zébras...) ainsi que le bord de route. Le véhicule devra aussi être capable d'évoluer sur une voie même sans marquage de type chemin de terre.

-Évitement de collision: c'est la technologie fondamentale. Celle qui permet dès aujourd'hui d'éviter des accidents. La voiture grâce à ses radars et capteurs est capable d'anticiper plus vite que le conducteur l'imminence d'un crash et réagit en conséquence en freinant par exemple.

-Détection de piéton ou d'animaux: le véhicule est doté de caméra capable de détecter des personnes même dans le noir. Il avertit le conducteur et peut freiner à sa place s'il ne réagit pas assez vite. Un humain ou un animal d'ailleurs. Les Volvo peuvent détecter les forme proéminentes d'un cerf ou d'un sanglier. Le véhicule, là encore, peut passer en mode automatique pour l'éviter. Bien mieux qu'un pare-buffle...

La sécurité, fer de lance de Volvo depuis sa création

Créée en 1927 par deux Suédois de Göteborg, Volvo ("je roule" en latin) est -peu de gens le savent- l'inventeur de nombreuses technologies en matière de sécurité. C’est elle qui a inventé le pare-brise feuilleté en 1944, la ceinture de sécurité à trois points en 1956 (sans la breveter pour que tous les constructeurs puissent l’adopter…), l’habitacle renforcé ou encore le rehausseur pour enfant. Autant de technologies largement reprises par la suite par toute l'industrie. Bref, la sécurité chez Volvo n'est pas une lubie passagère mais bien une volonté historique de la marque.

Frédéric Bianchi