BFM Business

Volkswagen réinvente son mythique Combi et le truffe d'innovations

Dévoilé au CES de Las Vegas, le concept Budd-e de Volkswagen aux faux airs de Renault Espace est un véhicule électrique qui préfigure les futures orientations de la marque allemande. Et certaines innovations sont bluffantes.

Volkswagen veut refaire l'actualité mais cette fois pour de bonnes raisons. La marque allemande écornée par l'affaire du "dieselgate" a réussi un joli coup médiatique en dévoilant son nouveau concept Budd-e. Un véhicule électrique ultra-futuriste qui se présente comme le successeur du mythique mini-bus Combi. Lancé en 1950, le Volkswagen Type 2 (le véritable nom du Combi) a notamment été adopté dans les années 60-70 par les hippies qui adoraient tailler la route entre deux festivals de musique au volant de cet ancêtre des camping-cars modernes. Le Combi pouvait être équipé d'un évier, d'un mini-frigo et d'une banquette convertible. Le véhicule a eu plusieurs vies et sa production a continué jusqu'en 2014, notamment au Brésil.

Mais avec le Budd-e -dont le nom est un jeu de mots avec "buddy", qui signifie copain en anglais, fini le camping sauvage. Le concept lorgne plutôt du côté du futur des véhicules électriques. Basé sur la future plate-forme modulaire de production de véhicules électriques de Volkswagen, le Budd-e propose une batterie plate plus efficace, logée dans le plancher, qui se recharge à 80% en 30 minutes et permet une autonomie selon la marque comprise entre 450 et 600 kilomètres, soit peu ou prou l'équivalent des actuelles voitures à essence. 

Et si la ligne de ce monospace aux dimensions réduites (4,6 m de long, 1,3 de large) s'inspire du Combi, elle fait surtout penser au dernier Renault Espace, notamment le dessin de son arrière. 

Des portes qui obéissent au doigt et à l'oeil

Mais les comparaisons avec le monospace français s'arrêtent là. Car le prototype Budd-e, qui selon Volkswagen pourrait être commercialisé d'ici la fin de la décennie, est un concentré de technologies dont certaines sont vraiment impressionnantes. À l'extérieur d'abord, le véhicule n'a plus de poignée de porte. Parce qu'elles "sont tellement 2016" souligne Herbert Diess le responsable depuis quelques mois de la marque allemande. Dans le futur, l'ouverture et la fermeture répondront à des commandes gestuelles et vocales, a détaillé Herbert Diess. Pour ouvrir le coffre par exemple, il suffira de poser le pied au sol sur un projection lumineuse. Des technologies qui s'inspirent du Kinect de Microsoft qui permet de contrôler sa console de jeu en faisant des mouvements dans l'air devant des capteurs. 

C'est à l'intérieur cependant que se situent les innovations les plus bluffantes. Hyper-connecté, le Budd-e est un peu le smartphone des voitures. Il est capable de communiquer avec les appareils connectés de la maison, et peut ainsi vérifier à distance s'il reste assez de bières dans le réfrigérateur avant d'inviter des amis à venir regarder un match. Ou vous dire qui vient de sonner à la porte, et éventuellement l'ouvrir. Et il peut même servir de "boîte aux lettres mobile" en permettant au postier de déposer des paquets dans un tiroir prévu à cet effet, à l'arrière du véhicule.

Tesla prend un sacré coup de vieux

Un véhicule ultra-futuriste aussi dans son design intérieur. Le tableau de bord monobloc composé de plusieurs écrans tactiles (voir ci-dessous) ferait passer celui d'une Tesla pour un ancêtre. D'autant que dans le Budd-e, les écrans ne sont pas qu'à l'avant. Les passagers à l'arrière pourront en faire apparaître un très large sur les vitres arrières. Le monospace pouvant se transformer en salle de cinéma grâce à une modularité totale des sièges. 

Aucun prix, ni de date de sortie précise n'ont été communiqués par Volkswagen. Certains médias parlent d'un lancement en 2018. Le Budd-e commercialisable ne reprendra certainement pas tous les éléments dévoilés dans ce prototype. Mais Volkswagen a d'ores et déjà réussi son coup: faire parler d'elle pour autre chose que ses moteurs diesel.

-
- © -
-
- © -
-
- © -
-
- © -
-
- © -
-
- © -
-
- © -
Frédéric Bianchi