BFM Business

Uber: l'ex-patron de GE pressenti pour succéder à Kalanick

Jeff Immelt, ancien président de GE aura pour mission de "désintoxiquer" Uber de la culture de son fondateur.

Jeff Immelt, ancien président de GE aura pour mission de "désintoxiquer" Uber de la culture de son fondateur. - Chip Somodevilla - Getty Images North America/AFP

Pour remettre l'entreprise de VTC sur de bons rails et faire oublier la culture de son fondateur, le conseil d’administration d’Uber pourrait nommer d’ici deux semaines Jeff Immelt, l’ancien patron de General Electric.

Deux mois après l’éviction de Travis Kalanick, Uber cherche toujours un successeur pour piloter le groupe. Parmi les candidats en lice, un nom se détache des autres: Jeff Immelt, l’ancien patron de General Electric. Selon le site ReCode, cette figure de l’industrie américaine bénéficierait d'une l’approbation de principe du conseil d’administration. Le vote entérinant sa nomination devrait avoir lieu dans les deux prochaines semaines.

La désignation de Jeff Immelt est-elle totalement actée? Difficile de répondre avec certitude à cette question. Même si comme le précise ReCode, il est soutenu par Arianna Huffington, d’autres candidatures sont à l'étude. Le lobbying autour de la candidature de l’ancien patron de GE ne fait pas l’unanimité du fait de son profil trop marqué "ancienne économie". "Nous savons que ce ne sera jamais un choix parfait, mais nous sommes épuisés et nous avons besoin d’une personne qui possède les compétences nécessaires pour nous faire évoluer" a déclaré à ReCode une source présentée comme "proche du dossier".

De fait, le temps presse. Depuis déjà deux mois, la licorne qui près de 70 milliards de dollars, n’a plus de capitaine, et doit aussi faire oublier l’ère Kalanick en "désintoxiquant" le groupe Uber de la culture de son fondateur. Et bien que leader mondial dans son secteur, elle est peu à peu rattrapée par Didi Chuxing, son concurrent chinois qui est désormais valorisé à 50 milliards de dollars et compte dans ses actionnaires, Apple, Alibaba et Tencent.

Pascal Samama