BFM Business

Thalys met sur les rails ses trains à partir de 19 euros sur Paris-Bruxelles

La filiale à 60 % de la SNCF et son homologue belge, la SNCB, qui en possède 40 % – lance, ce dimanche 3 avril, les premiers trains Izy.

La filiale à 60 % de la SNCF et son homologue belge, la SNCB, qui en possède 40 % – lance, ce dimanche 3 avril, les premiers trains Izy. - Bfmbusiness

"Les premiers trains low cost de la compagnie franco-belge circulent ce 3 avril, entre les deux capitales, sur des lignes classiques. Une riposte à la fréquentation en baisse mais aussi à la concurrence de l'autocar et du covoiturage. "

Les habitués des liaisons ferroviaires entre Paris et Bruxelles, découvrent ce dimanche 3 avril, les premiers trains low cost de Thalys, à partir de 19 euros. S'inspirant de l'offre tarifaire à petit prix de la SNCF (avec Ouigo ou iDTGV) les trains iZY sont composés de deux rames de TGV aux couleurs vert et violet.

Ils relient deux ou trois fois par jour les deux capitales mais ils le font sur les lignes ferroviaires classiques et non sur les lignes TGV. En conséquence, le trajet dure en moyenne 2h15 et varie selon les horaires choisis (entre 2h08 et 2h30 de durée totale), soit en moyenne 52 minutes de plus que sur la ligne TGV dans les rames Thalys classiques.

La compagnie, filiale à 60% de la SNCF et à 40% de son homologue belge, la SNCB, indique que le prix d'un billet classique sur iZY sera plafonné à 59 euros, mais la compagnie ne donne pas le prix moyen d'un billet. 

Thalys attend une hausse de 10% des passagers

Côté services, ces trains ne sont pas équipés de voiture-bar. Les billets sont uniquement vendus sur internet et ne sont ni échangeables ni remboursables. Le nombre de bagages sera limité.

Dans chaque train, 10 billets sans garantie de place assise sont mis en ligne à seulement 10 euros. Dans ce cas, il faudra voyager debout dans la voiture 4 (wagon-bar non utilisé comme tel), équipée d’appuis sciatiques et de tables hautes. Il y aura aussi 25 billets "strapontin" à 15 euros.

Grâce à iZY, Thalys table sur une hausse de 10% du volume de passagers ferroviaires sur Paris-Bruxelles, les récents attentats qu'ont subi les deux capitales n'ayant pas arrangé les affaires de la compagnie ferroviaire.

Cette offre de prix bas vise aussi à répondre à la double concurrence des autocars et du covoiturage. Dans son argumentaire, Thalys n'hésite pas à comparer ses trains qui présente, selon elle, une offre "nettement compétitive par rapport à la route. Selon mappy.fr : l’itinéraire identique est estimé entre 3h et 3h30 hors temps de parking". 

Frédéric Bergé