BFM Business

Tesla rassure avec un bon 2ème trimestre

Les Tesla, voitures réputées pour leur système antivol, subissent parfois quelques mésaventures.

Les Tesla, voitures réputées pour leur système antivol, subissent parfois quelques mésaventures. - SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le constructeur américain a dépassé les attentes en matière de ventes, grâce à sa Model 3... Mais surtout grâce a ses progrès en matière de logistique.

La retour aux profits durables sera un long chemin pour Tesla... Mais le 2ème trimestre aura été très encourageant. Le pionnier américain de l'automobile électrique a d'ailleurs battu de nouveaux record, avec 87.000 voitures produites et 95.200 livrées (une hausse de 51% par rapport au 1er trimestre). Le précédent record, 90.700, a été signé au dernier trimestre 2018.

Au vu des gros problèmes de logistique et de livraison que Tesla a du affronter ces derniers mois, les analystes ont tendance désormais à se focaliser sur les chiffres des véhicules effectivement livrés aux clients finaux. Mais dans tous les cas, les attentes à ce niveau sont largement dépassées.

Un vrai rebond

« Il reste beaucoup de défis à relever chez Tesla, mais ils semblent désormais dans la bonne direction » dit Dan Ives, analyste chez le courtier Wedbush. « Ces chiffres vont même au-delà des estimations les plus optimistes, on sent qu'il y a un vrai rebond chez Tesla sur ce trimestre » ajoute-t-il.

C'est la Model 3, la berline moyenne du constructeur, qui reste largement le best-seller de la gamme, avec 77.550 exemplaires livrés sur le trimestre. Mais les grandes berlines Model S et SUV Model X continuent à bien s'écouler, à 17.650 exemplaires tout confondus. Mais sur la période, Tesla avait annoncé des rabais conséquents... Ce qui aura un impact sur leur profitabilité.

Livrer mieux et plus

Au-delà du succès des modèles, c'est clairement l'amélioration de la chaîne logistique chez Tesla qui constitue un vrai ballon d'oxygène. « Nous avons fait des progrès sur nos opérations de livraisons, en rationalisant les processus et en étant plus efficaces. » dit Tesla. « Cela nous a permis d'augmenter les volumes pris en charge, tout en maîtrisant les coûts opérationnels ». Une remarque que les analystes financiers, évidemment, ont chaleureusement accueilli.

Car le défi reste celui de la profitabilité, au milieu d'une conjoncture toujours aussi complexe pour Tesla, qui doit faire face à une forte demande tout en limitant ses dépenses. Et les objectifs du second semestre restent très ambitieux. « Même si il y a du mieux, notre avis n'a pas changé là-dessus » disent les analystes de Wedbush. « Tesla va devoir grimper l'Everest ! Avec en plus une concurrence qui arrive de tous les côtés » estiment-ils, citant les percées commerciales des IPace de Jaguar, E-Tron d'Audi et des premières commandes très encourageantes pour la ligne ID de Volkswagen.

Demande toujours forte

Mais d'autres analystes notent que Tesla reste sur des taux de croissance qui lui garantissent de rester à l'abri pendant un long moment encore, notamment sur le marché américain. « Sur un an, les ventes sont en hausse de 156% sur le seul mois de juin », remarque Tasha Keeney, analyste automobile chez Ark Invest. 

« Sur le même mois, Porsche a fait +6%, BMW +4%, Mercedes +1%... Et tous les autres constructeurs premium voient leurs ventes baisser ! On a aucun doute sur la demande, elle reste résolument forte pour les voitures Tesla », conclue-t-elle.

Signal de confiance très important

Tesla reste donc ferme sur ses objectifs : il se dit capable de dépasser les 100.000 livraisons par trimestre, et disposera même pour le trimestre en cours d'un petit avantage de quelques milliers de véhicules achetés les mois précédents, mais pas encore livrés. « Est-ce que la cadence sera soutenable pour Tesla? Là nous avons une vraie question », estime le courtier Wedbush, qui remarque que le vrai stratège en matière de production chez Tesla, Peter Hochholdinger, a annoncé son départ il y a quelques semaines.

Conserver la cadence au second semestre, atteindre les 500.000 voitures produites (objectif fixé par Elon Musk lui-même) tout en améliorant la profitabilité s'annonce donc comme une tâche extrêmement difficile pour Tesla, mais ces chiffres du 2ème trimestre ont sans doute changé la donne en apportant un signal de confiance très important. Désormais le constructeur à une chance sérieuse de signer une année 2019 capitale pour son avenir, une hypothèse qui paraissait illusoire il y a encore quelques semaines.