BFM Business

Solaire, chauffante ou lumineuse: voici comment la route se réinvente

La route solaire installé en Normandie comprend 2800 mètres carrés de panneaux solaires collés sur un kilomètre de chaussée.

La route solaire installé en Normandie comprend 2800 mètres carrés de panneaux solaires collés sur un kilomètre de chaussée. - Charly Triballeau-AFP

Le revêtement routier bénéficie de son lot d'innovations lui permettant soit de produire de l'électricité, soit d'éclairer l'usager à son passage pour améliorer la sécurité, ou de chauffer pour faire fondre la neige ou le verglas en hiver.

Longtemps cataloguée d'infrastructure passive, la route apporte désormais son lot d'innovations grâce aux spécialistes de la construction de ces réseaux de transport que sont Colas (filiale de Bouygues) ou Eurovia (filiale de Vinci), en association avec des chercheurs externes. Rendant la traditionnelle bande de bitume plus performante au service des usagers ou de la collectivité, voici quelques unes des routes du futur en cours d'expérimentation en France. 

1. La route solaire

La première route solaire de France, lancée en Normandie, fonctionne depuis un an. Son inauguration avait eu lieu en décembre 2016 en présence du ministre de l'environnement de l'époque, Ségolène Royal, en raison de son financement par l'État (5 millions d'euros). Cette innovation baptisée Wattway et coinventée par une filiale de Bouygues, Colas, et le CEA Tech, a consisté à recouvrir 2.800 mètres carrés de panneaux solaires collés sur un kilomètre de chaussée d'une route départementale située à Tourouvre (Orne).

En un an, la route a produit 149,4 MWh d'électricité, soit 418,3 trajets Paris-Alençon en voiture électrique. Ce n'est toutefois que 53% de ce que visait Colas. Mais si l'on ne prend en considération que les dalles qui ont fonctionné en continu (certaines ont par exemple disjoncté lors d'un orage), l'objectif est atteint à plus de 85%, selon Wattway.

La filiale de Bouygues va par ailleurs tester dans les semaines qui viennent des dalles plus plates faisant moins de bruit que les modèles actuels, jugés bruyants lors du passage de véhicule. Colas teste aussi ce concept sur de plus petites surfaces (50 à 100 mètres carrés), dans douze sites en France métropolitaine, un à La Réunion, un en Amérique du Nord et un au Japon, où une portion de route a été inaugurée au pied d'un immeuble du centre-ville de Tokyo. La commercialisation pourrait débuter 2019 si l'entreprise parvient à "fortement baisser" ses coûts.

2. La route chauffante

Conçu par Eurovia avec le CEA Tech et l'Ifsttar (institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux) et soutenu par l’Ademe (Agence de l’environnement et la maîtrise de l’énergie), ce nouveau concept routier baptisé Power road, assure la production d’énergie thermique. Captée à partir des rayonnements solaires sur la route, cette énergie peut être stockée puis restituée aux bâtiments et infrastructures environnants via un système de pompes à chaleur. L’énergie ainsi produite contribue à chauffer des bâtiments résidentiels ou des équipements publics.

En hiver, cette énergie peut aussi être utilisée pour déneiger et déverglacer les voiries ou pistes d’aéroports en réduisant les interventions de salage. En été, le captage de chaleur en surface permet de refroidir les chaussées et peut ainsi contribuer à résorber les effets d’îlots de chaleur urbains.

C'est une version différente de la technologie qui a été déployée à Pontarlier dans le Jura pour déneiger et dégivrer le parking d'un lycée, un quai de bus et certains trottoirs en période hivernale. La source d’énergie apportée pour son fonctionnement provient du réseau de chaleur de la ville dont l’énergie est générée par la combustion des déchets ménagers de l’unité de valorisation énergétique des déchets.

3. La route lumineuse

C'est encore Colas qui a présenté il y a quelques semaines un concept de route baptisée Flowell et basée sur un système de marquage au sol lumineux et dynamique pouvant être piloté à distance. Passages piétons qui s'éclairent lors de la traversée d'enfants, ouverture ou fermeture d'une voie de circulation en fonction du trafic, place de livraison se transformant en place de parking la nuit: tels sont ses usages possibles.

Cette route, composée de dalles posées sur la chaussée et comprenant un système d'éclairage à la lampe à diodes électroluminescentes (LED), a pour objectif de remplacer le traditionnel marquage au sol pour le rendre plus adapté aux besoins.

Une portion de cette route vient d'être installée dans la commune de Montréverd (Vendée) où elle va être testée pendant un an. Un arrêt de bus scolaire utilisant cette technologie a été mis en place afin de sécuriser l'attente et la montée des élèves. Le tout est alimenté par des portions de routes photovoltaïques installées à proximité. Coinventée par Colas et CEA Tech, la route devrait aussi être déployée dans d'autres sites pilotes en France pour d'autres applications, avant une potentielle commercialisation qui n'interviendra pas avant 18 à 24 mois.

Frédéric Bergé avec AFP