BFM Business

Ryanair ne sait plus comment gérer ses passagers ivres

Ryanair estime avoir fait tout ce qu'elle pouvait pour lutter contre l'ébriété des passagers, et renvoie la balle aux aéroports.

Ryanair estime avoir fait tout ce qu'elle pouvait pour lutter contre l'ébriété des passagers, et renvoie la balle aux aéroports. - Lex Van Lieshout - AFP

La compagnie irlandaise, qui constate une augmentation du taux de passagers en état d'ébriété et en déplore les conséquences, en appelle aux autorités aéroportuaires britanniques.

L'ébriété des passagers dans les avions au départ de la Grande-Bretagne, un phénomène qui se généralise? C'est ce que déplore l'irlandaise Ryanair, qui demandait lundi aux autorités aéroportuaires britanniques d'intervenir. La compagnie aérienne à bas coût demande que la vente d'alcool soit interdite dans les aéroports britanniques avant 10 heures du matin. Elle propose aussi que les bars et restaurants vérifient la carte d'embarquement des passagers, et ne leur servent pas plus de deux verres avant leur vol. Elle réclame enfin l'interdiction d'emporter en cabine les bouteilles achetées dans les boutiques duty-free.

Ryanair justifie ces requêtes par "des comportements perturbateurs de la part de passagers voyageant à partir des aéroports britanniques". Elle affirme que sur l'ensemble de ses vols au départ de la Grande-Bretagne, les arrestations de passagers rendus violents par l'alcool ont augmenté de 50% en un an. Un constat entériné par l'aviation civile britannique, qui recense de son côté une hausse de 600% des incivilités à bord en seulement cinq ans, "la plupart liées à une consommation excessive d'alcool".

Des bagarres et des comportements obscènes

De son côté, la compagnie estime avoir fait tout ce qu'elle pouvait sur les vols les plus problématiques: ceux qui partent de Grande-Bretagne pour rejoindre l'Espagne. En 2015, elle a interdit la vente et la consommation d'alcool sur ses liaisons entre l'Écosse et Ibiza. Une prohibition élargie depuis aux vols entre Manchester et Alicante, et de Glasgow-Gatwick vers Ibiza. De leur côté, les autorités des Baléares -destination estivale phare de la jeunesse fêtarde- ont demandé à Madrid et Bruxelles de légiférer contre l'alcool dans les avions et aéroports.

Sur le web, les vidéos tournées à bord d'avions Ryanair et attestant du phénomène fleurissent. Les plus correctes montrent des groupes alcoolisés qui chantent, d'autres des personnes éméchées qui en viennent aux mains, d'autres encore un couple visiblement ivre qui fait l'amour au vu de tous. Au-delà du côté potache, la compagnie s'inquiète notamment pour son personnel de bord. Dans ces vidéos, on voit par exemple des hôtesses et stewards à bout, tenter de gérer des passagers ingérables, ou de débarquer des jeunes femmes ivres.

L'Association internationale du transport aérien note elle aussi une forte hausse des incidents à bord. L'IATA ajoute que 11% des incidents s'accompagnent d'une agression physique envers un passager ou un membre d'équipage, et que 23% résultent d'une prise de drogue ou d'alcool. Selon un sondage de la BBC, 84% du personnel naviguant a déjà été témoin de comportements violents de passagers alcoolisés dans les aéroports britanniques. Et 20% déclarent avoir été eux-mêmes victimes de ces comportements.

N.G.