BFM Business

RER, Transilien, métro: quelles sont les lignes les plus en retard? 

La ponctualité des transports en commun s'améliore légèrement en 2019. Certaines lignes, comme la ligne D du RER, connaissent cependant toujours d'importants retards.

Ce mercredi, la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, rencontre Jean-Pierre Farandou, nouveau président de la SNCF, et Catherine Guillouard, PDG de la RATP. L'objectif: faire le point sur la ponctualité des transports franciliens. Selon des données Ile-de-France Mobilités, les métros, RER et Transiliens connaissent légèrement moins de retard au premier semestre 2019 par rapport à 2018. À noter, cependant, que l'organisme francilien ne comptabilise que les retards supérieurs à cinq minutes. 

D'importants retards sur le RER D

La ponctualité de l'ensemble des RER s'améliore légèrement sauf sur le RER C. Alors qu'il enregistrait 10,8% de retards en 2018, il en a enregistré 11,3% au premier trimestre 2019. Malgré une nette progression, le RER D enregistre toujours d'importants retards. Au total, 13,6% de ses usagers arrivent avec plus de cinq minutes de retard à leur gare de destination. Le RER A fait figure de bon élève avec seulement 7% de ses usagers en retard. 

De plus en plus de retards sur la ligne P

Sur les lignes de Transilien, toutes les lignes améliorent leur ponctualité sauf la ligne P avec 12,2% de voyageurs arrivant avec plus de 5 minutes de retard au premier semestre contre 11,7% sur la même période en 2018.

C'est en revanche la ligne R qui subit le plus de perturbations. 13.7% des passagers arrivent avec plus de cinq minutes de retard à leur gare de destination. La ligne U est la meilleure élève avec seulement 4,9% de retards.

De bons résultats pour le métro

Le métro est toujours le moyen de transport subissant le moins de retards. L'indicateur n'est cependant pas exactement le même. Sont mesurés le pourcentage de métros réellement en circulation aux heures de pointe, par rapport au service commandé. La RATP peut se vanter d'avoir atteint l'objectif de 96,5% de métros roulants en heure de pointe.

Toutefois, la ligne 13 continue d'être la pire du réseau avec 4% de trains manquants par rapport au service commandé. Juste derrière: la ligne 4 avec 3,8% et la ligne 11 avec 3%, deux lignes qui subissent des travaux cette année. 

Des résultats toujours loin des objectifs

Malgré cette légère amélioration globale, les résultats sont toujours bien en dessous des objectifs fixés par Ile-de-France Mobilités à la SNCF. Sur le RER, Ile-de-France Mobilités et la SNCF visaient ainsi 6% de retards sur les RER A et B, et 7.5% sur le RER D. De la même façon, ils visaient entre 5 et 7% de retards sur les lignes de Transiliens. 

Par ailleurs, ces données concernent les six premiers moins de l'année. Or, depuis septembre dernier, les voyageurs déplorent une multiplication des incidents, notamment sur le RER D. Un collectif d'usagers, émettant des doutes quant à la véracité des chiffres communiqués par Ile-de-France Mobilités, a ainsi décidé d'effectuer son décompte des incidents sur la ligne. Il a ainsi répertorié 17 pannes pour la première semaine d'octobre, 30 pour la deuxième. 

Le collectif Plus de trains estime également que ces chiffres "sous-estiment ce que vivent les usagers". "Ils ne tiennent pas compte des usagers laissés à quai quand le train est bondé", estime l'association. 

Cyrielle Cabot