BFM Business

Renault veut relancer les négociations de fusion avec Nissan 

-

- - -

Le groupe français aurait l'intention de reprendre les discussions sur la fusion avec le constructeur japonais et ce, dans un délai de 12 mois. Un élargissement de l’alliance avec Fiat Chrysler serait envisagé ensuite.

Et si Renault et Nissan allaient encore plus loin dans leur alliance et fusionnaient. L'idée n'est pas nouvelle. Mais plusieurs sources rapportées par le Financial Times la relance ce mercredi. Le groupe français aurait l'intention de reprendre les discussions sur la fusion avec le constructeur japonais et ce, dans un délai de 12 mois. Objectif ensuite : un élargissement de l’alliance avec Fiat Chrysler.

Depuis la crise engendrée par l'affaire Carlos Ghosn, la direction de Renault réfléchit au futur de la structure de l'Alliance qui repose aujourd'hui sur des participations croisées mais déséquilibrées entre le groupe français, Nissan et Mitsubishi. Des discussions doivent aussi avoir lieu avec l'Etat français, premier actionnaire de Renault avec 15% du capital et 22% des droits de vote.

Fusion, rééquilibrage, chaque scénario devra contenter à la fois la partie japonaise, qui supporte difficilement la domination de la partie française, et celle-ci, qui considère avoir sauvé Nissan de la faillite et juge naturelle une participation plus importante.

Reste que la direction de Renault devra être au rendez-vous des objectifs du plan stratégique à l'horizon 2022 : un chiffre d'affaires à 70 milliards d'euros (contre 58,8 en 2017), une marge opérationnelle à 7% (contre 6,6% en 2017), 5 millions de véhicules vendus (contre 3,88 millions en 2018) et plus de 4 milliards d'euros d'économies.