BFM Business

Radar fou de Rennes: des milliers de PV classés sans suite

Sur la RN 137 (Nantes-Rennes), 8000 automobilistes avaient été vicitimes d'un radar flasheur en série.

Sur la RN 137 (Nantes-Rennes), 8000 automobilistes avaient été vicitimes d'un radar flasheur en série. - -

Depuis le changement de réglage du radar en début de semaine dernière, 8.000 automobilistes ont été flashés à l'entrée de Rennes, et 6.000 verbalisations adressées.

Une bonne nouvelle pour les 8.000 victimes du "radar fou". Le procureur de la République de Rennes a décidé mercredi de classer sans suite les milliers de PV provoqués par un radar sur une section de route à quatre voies où la limitation de vitesse a été abaissée de 110 à 90 km/h sans que la signalisation reflète correctement ce changement.

Depuis le changement de réglage du radar en début de semaine dernière, près de 8.000 automobilistes ont été flashés à l'entrée de Rennes, sur la route reliant la ville à Nantes, et 6.000 verbalisations adressées.

>> A LIRE AUSSI- Rennes : un radar est-il devenu fou ?

Classement sans suite

"L'examen des éléments recueillis a permis de constater que les conditions dans lesquelles les infractions d'excès de vitesse avaient été relevées pouvaient apparaître contestables", a expliqué dans un communiqué le procureur Thierry Pocquet du Haut-Jussé, qui a décidé "de classer sans suite" les contraventions constatées du 22 au 25 janvier et du 28 au 29 janvier, à l'exception des excès supérieurs à la limitation initiale de 110 km/h.

Dans une pétition "Touche pas à mon radar du Hil", du nom du lieu-dit où se trouve le radar, plusieurs centaines d'automobilistes flashés avaient dénoncé la signalisation défaillante.

>> Lire aussi - Rennes : 8.000 automobilistes flashés demandent l'annulation des PV

Le préfet d'Ille-et-Vilaine, Michel Cadot, avait reconnu mardi "un dysfonctionnement" des services de l'Etat, et annoncé qu'il allait écrire au procureur - seul compétent pour statuer sur les poursuites pénales - pour l'inciter à la clémence.

Il avait expliqué qu'en raison de travaux sur une aire de stationnement, la vitesse limite sur la voie rapide avait été abaissée mais que la signalisation n'avait pas été installée suffisamment en amont pour permettre aux automobilistes d'adapter leur vitesse.