BFM Business

Qui sont les perdants et les gagnants de la circulation alternée?

La circulation alternée est peu respectée à Paris.

La circulation alternée est peu respectée à Paris. - Patrick Kovarik - AFP

Si pour les taxis et les VTC, cette mesure est une aubaine, pour d'autres, la facture est salée.

Depuis plusieurs semaines, Paris tousse. Un pic de pollution hivernal inédit depuis 10 ans par sa longueur et son intensité touche la capitale. La faute à la pollution de l'air aux particules fines et au dioxyde d'azote. Une concentration de microparticules à l'origine de 48.000 décès prématurés par an en France, selon l'agence Santé publique France, 42.000 selon l'OMS et qui coûte au pays plus de 100 milliards d'euros par an.

Résultat, la circulation alternée, dont l'efficacité est pourtant souvent contestée, est de nouveau instaurée, ce vendredi 16 décembre à Paris et dans 22 communes de la petite couronne. Seuls les véhicules dont le numéro sur la plaque d'immatriculation est pair peuvent circuler. Ont également le droit de rouler tous les véhicules qui bénéficient d'une dérogation et ils sont nombreux, comme en témoigne la liste de la préfecture de police (voir encadré en bas de l'article). La circulation alternée avait déjà été mise en place en région parisienne en octobre 1997, en mars 2014, en mars 2015, ainsi que 4 jours la semaine dernière. En 2014, elle avait permis un recul de la pollution de 6 à 10% selon les polluants et jusqu'à 20% en heures de pointe.

Les perdants

Mais cette mesure a un coût, à commencer par les transports en commun. Le Stif (Syndicat des transports en Ile-de-France) qui gère les transports dans la région a décidé de mettre en place la gratuité des transports. "L'objectif est d'encourager les automobilistes à privilégier les transports en commun", indique un communiqué. Néanmoins, cette mesure coûte quatre millions d'euros par jour. Un coût supporté par le Stif dont le budget annuel est de 5,524 milliards d'euros. Par ailleurs, la Ville de Paris a décidé de mettre en place plusieurs mesures qui ne sont pas chiffrées: la gratuité du stationnement résidentiel et des tickets Vélib' pour la journée, et 1h d'abonnement offerte aux nouveaux abonnés "Prêt à Rouler" d'Autolib'.

Pour certaines entreprises également, la circulation alternée pèse sur les comptes. C'est le cas pour toutes les petites entreprises qui ont besoin de leurs véhicules pour transporter du matériel (géomètres, paysagistes, chantiers, …) ou encore les entreprises de livraison.

Les gagnants

En revanche, certains tirent leur épingle du jeu de cet épisode de pollution. Parmi les véhicules qui ont eu une dérogation pour rouler, quel que soit leur numéro de plaque d'immatriculation, se trouvent les voitures utilisées en covoiturage, les taxis et les voitures de tourisme avec chauffeur. Ainsi Blablacar a remarqué une hausse de 15% des transactions sur son site, notamment sur les trajets de banlieue à banlieue. Drivy, site de location de voitures entre particuliers, avait mis en place l'an dernier un service de location de véhicules à plaque paire ou impaire qui connaît un véritable succès depuis quelques jours.

Le site de VTC Chauffeur Privé a connu un bond de 25% mardi et mercredi de la semaine dernière. Si Uber ne communique pas, il y a fort à parier qu'il a enregistré des hausses semblables depuis le début du pic. Les taxis G7 annonçaient mardi 6 décembre, premier jour de la mise en place de la circulation alternée de ce pic, une hausse de 20% de leurs courses.

S'il est trop tôt pour que les constructeurs automobiles communiquent sur des possibles hausses de ventes de véhicules électriques, ils n'hésitent en tout cas pas à promouvoir leurs voitures hybrides.

Circulation alternée, les dérogations

Les véhicules d’intérêt général prioritaires et de secours et ceux personnels des agents relevant d’un établissement chargé d’une mission de service public. Les automobiles électriques et hybrides. Les voitures utilisées en covoiturage, transportant 3 personnes ou plus. Les véhicules chargés de l'approvisionnement des populations (alimentation, camions frigorifiques, camions-citernes). Les autocars et véhicules de transport en commun, taxis, voitures de tourisme avec chauffeur, véhicules d'auto-école. Les engins de chantier, de dépannage, de déménagement, de nettoiement, bennes à ordures, transports de fonds, de journaux, postaux. Les véhicules des professionnels dans certains cas (les représentants de commerce et les journalistes peuvent par exemple utiliser leur voiture quelle que soit son immatriculation pour se rendre à leur travail). Les camionnettes et utilitaires de moins de 3,5 tonnes. Et enfin les véhicules immatriculés à l'étranger.

D. L.