BFM Business

PSA: Carlos Tavares prend déjà le pouvoir

L'ex-numéro 2 de Renault, Carlos Tavares, entre petit à petit dans le costume de président du directoire de PSA.

L'ex-numéro 2 de Renault, Carlos Tavares, entre petit à petit dans le costume de président du directoire de PSA. - -

L'ex-numéro 2 de Renault ne prendra officiellement la direction de PSA que dans les prochains mois. Mais déjà, il s'active en coulisses pour établir le diagnostic et les prescriptions pour relever le groupe.

PSA devrait annoncer ce lundi 20 janvier avoir validé l'augmentation de capital alimenté à parité par l'Etat et le Chinois Dongfeng, tous deux devenant ainsi actionnaire du constructeur.

L'alliance Peugeot-Citroën publiera également ses résultats commerciaux. Ils devraient faire état, malgré une forte progression des ventes en Chine, d'un repli des volumes écoulés par Peugeot et Citroën. C'est dans ce contexte de baisse que se joue la transition à la tête du groupe entre Philippe Varin et Carlos Tavares.

Officiellement, l'ex-numéro 2 de Renault ne prendra la direction de PSA que dans les prochains mois. Mais dans les faits, il est déjà passé discrètement à l'action depuis plusieurs semaines. L'autre Carlos met à profit les mois écoulés depuis sa nomination pour établir un diagnostic.

Réduire les stocks et augmenter les économies

En décembre, il a rencontré les principaux cadres de PSA. Vendredi dernier, il s'est entretenu avec l'ensemble des syndicats du groupe. Il va à présent faire le tour des usines. Son objectif : se faire une idée précise de la situation avant d'établir un plan pour redresser les comptes de l'entreprise.

Carlos Tavares ne dérogera pas à sa réputation de cost killer. Il a déjà annoncé que pour améliorer sa compétitivité, le groupe devrait réaliser dès cette année 1 milliard d'euros d'économies supplémentaires. Pour y parvenir, il est prévu entre autres mesures de réduire à moins de 50 jours des stocks de véhicules neufs, contre 60 aujourd'hui.

Le nouveau président du directoire de PSA compte aussi poursuivre la différenciation entre Peugeot et Citroën. La montée en puissance des deux marques en Chine, notamment via la construction d'une 4ème usine avec Dongfeng, lui permettra d'accélérer l'internationalisation du groupe.

Mathieu Sevin